Pendons la crémaillière ! Une nouvelle maison pour Isidore & Ganesh

Voilà, c’est fait, j’ai déménagé, posé les cartons. Une page se tourne, un nouveau départ. Mon carnet de recherche, autrefois hébergé sur mon propre nom de domaine, rejoint la grande ville d’Hypotheses et ses 9000 carnets.

Agence Rol, Tribune franco-brésilienne, soirée de Mr de Audrade [groupe en tenue de soirée], photographie, 1914, Gallica/BnF

Pour pendre cette crémaillère dignement, il me semblait nécessaire de publier un petit billet sur le pourquoi du comment de ce déménagement numérique et expliciter ce qu’allait désormais être Isidore & Ganesh.

À l’origine d’Isidore & Ganesh

Isidore & Ganesh est né en 2014 pour accompagner mon stage de fin d’études et la rédaction de mon mémoire consacré aux outils d’annotation pour l’édition de corpus textuels historiques. C’était alors un « carnet de masterante ».

Accompagnant mes premiers pas dans la vie professionnelle, Isidore & Ganesh s’est ensuite transformé en carnet de notes sur la méthodologie et les outils numériques. J’y publiais aussi des comptes-rendus des conférences et journées d’étude auxquelles j’assistais.

En 2016, Isidore & Ganesh est tombé dans la torpeur. Ma nouvelle vie d’attachée de conservation ne me laissait plus guère le temps de publier, et mon horizon avait bien changé…

I&G est finalement re-né de ses cendres en 2018 à la faveur de quelques astuces numériques que je souhaitais partager avec la communauté.

Et pourquoi déménager sur Hypotheses en 2019 ?

Plusieurs facteurs m’ont amenée à faire ce choix : le premier, c’est le confort offert par OpenEdition. Si en 2014, j’avais choisi mon propre hébergement plutôt que la plateforme Hypotheses, c’était pour jouir de toute la liberté de bidouiller. Cinq ans plus tard, je bidouille ailleurs, et la maintenance d’une énième instance de WordPress sur mon serveur est devenu un poids plus qu’autre chose.

La seconde – et principale – raison est ma récente inscription en thèse : je savais qu’Isidore & Ganesh allait se métamorphoser en carnet de doctorat, et il m’apparaissait indispensable de lui offrir un cadre propice et dynamique, celui de la communauté Hypotheses.

Mais entre le projet et la réalisation, il s’écoule souvent un long moment (surtout chez moi)… Heureusement, un événement a déclenché ma mise en mouvement : la journée d’étude des 10 ans d’Hypotheses, le 8 janvier 2019. J’ai eu le plaisir d’écouter des gens passionnants, notamment Marin Dacos, le fondateur de la plateforme, qui nous a relaté avec humour l’origine de cette fabuleuse aventure. Et puis, ma chère Caroline Muller nous a offert une motivante et émouvante synthèse de ses six ans de blogging, que vous pouvez d’ailleurs lire sur son carnet.

Le genre de cocktail d’énergie et d’inspiration parfait pour débuter une nouvelle année dans l’enthousiasme, en prenant plein de bonnes résolutions. Mois de 48 heures plus tard, je remplissais ma demande d’ouverture d’un carnet sur Hypotheses.

Agence Rol, Fête « Stella », la nacelle du ballon « Les Bleuets », mesdames Surcouf, Airault et Mlle Tissot, photographie, 1909, Gallica/BnF

Déménager, en version numérique

Ça pourrait paraître anodin, de déménager un blog. Ça ne l’est pas tant que ça, et l’analogie avec le déménagement d’une maison n’est pas si forcé.

J’ai eu un moment d’excitation quand j’ai eu les clés de ce nouveau chez moi numérique : c’est tout vide, ça résonne, on se demande tout ce que l’on va pouvoir y bâtir, y publier.

Et puis, il faut penser à l’emménagement : préparer les cartons, réfléchir à l’agencement.

Sur les blogs, le camion de déménagement s’appelle l’export XML : un fichier texte de quelques méga-octets rassemble tout le contenu du site. Open Edition s’occupe de déballer tous les cartons dans la nouvelle maison, c’est l’import.

Comme dans tout déménagement, il y aura un peu de casse : des liens brisés, des petits bugs, une image introuvable dont on se demande comment elle a pu disparaître.

Avant de faire les cartons, l’export XML, il y a eu cette inévitable question du tri : qu’emporte-t-on, que laisse-t-on derrière soi ? Faut-il déménager aussi ces dix billets restés en brouillon ? Ou cet article, que l’on trouverait certainement maladroit, si on se donnait la peine de le relire ? Et cet à-propos, obsolète depuis au moins trois ans ?

J’ai décidé de tout garder, même si je sais que certains contenus resteront dans les cartons (de la même façon que je traîne ces boîtes à trier de déménagement en déménagement). Je profiterai de l’emménagement pour rafraichir certaines pages comme on repeint un vieux meuble.

Agence Rol, Recensement à Paris [tri des formulaires], photographie, 1911, Gallica/BnF

Tout emporter, y compris l’inutile parce que tout cela raconte un parcours. Je ne finirai jamais ce billet sur mon usage scolaire de l’iPad, commencé en 2014, mais peut-être serai-je contente de le feuilleter, un jour, en parcourant mes brouillons.

Déménager, c’est prendre un à un chaque objet pour le transvaser, à défaut de le trier. Certains sentimentaux, dont je fais partie, passent des heures à faire chaque carton, car chaque chose qu’on y met ravive un souvenir, appelle à une réflexion, fait naître le désir d’une relecture.

Il n’y a que 29 billets publiés sur Isidore & Ganesh à l’heure du déménagement, et pourtant combien en avais-je oublié. Je ne me souvenais plus de mon billet sur le projet ReNom (à propos de la géographie littéraire de Rabelais et Ronsard) ou de mon compte-rendu d’une expo sur les archives de Roland Barthes. Reparcourir mon billet sur la reconstitution d’une inscription latine d’Autun m’a donné envie de recontacter Antony Hostein. Et retrouver Digital Mellini m’a insufflé l’idée de parler du projet Digital Muret, actuellement mené par l’INHA. En retrouvant mes CR des Lundis du numérique, je me suis dit qu’il faudrait plus souvent en parler, dans nouvelle maison, etc. etc. Si je m’écoutais, j’aurais déjà de quoi occuper des semaines entières à bloguer.

Demain, Isidore & Ganesh

Déménager, c’est cela aussi, rêver : se projeter, imaginer des aménagements, décider de ce qu’on va mettre sur les murs. On regarde les magazines pour la déco, on étudie différemment l’intérieur des copains. J’ai traîné comme jamais sur les carnets que j’aime, à disséquer leur structure, les partis-pris de présentation, les lignes éditoriales…

Pour ne pas se laisser envahir par le bazar, on prend de bonnes résolutions : chaque chose à sa place, une place pour chaque chose. On réorganise les catégories. C’est vite le casse-tête. Pour moi du moins. Il faut redéfinir une ligne éditoriale, tout en sachant déjà qu’elle évoluera.

On réorganise l’agencement des pièces – menus, catégories, mots-clés – ; on peste de ne pas trouver du premier coup la formule idéale… C’est comme réaménager son bureau et sa bibliothèque : il y a des billets qui ne trouvent pas leur place sur les étagères, et d’autres qui pourraient se ranger partout.

Agence Rol, Bureaux de recensement à Paris [rangement des archives], photographie, 1911, Gallica/BnF

Passons. Il s’agit de regarder devant. Que vais-je publier ici à l’avenir ? Des présentations d’outils et des tutoriels, comme avant : c’est mon dada, et une part de mon activité professionnelle. Un journal de thèse parce que je n’envisage pas la recherche sans la mise en récit des coulisses – ni sans un volet vulgarisation. La vulgarisation : voilà ce qui pose problème, car outre Isidore & Ganesh, j’ai une autre maison, Orion en aéroplane, mon blog culturel, qui va sur ses sept ans.
Si je parle d’estampes, de vues de villes, deux sujets qui touchent de près à ma thèse, où dois-je les publier ? Sur mon carnet ou sur mon blog ?
La frontière entre ces deux espaces sera parfois ténue, mais la règle que j’ai fixée pour l’instant est la suivante : le méta, sur Isidore & Ganesh, la médiation de l’histoire de l’art sur Orion en aéroplane. Reste à trouver comment faire voyager mes lecteurs d’un espace numérique à l’autre, car j’imagine que chacun continuera à avoir son propre public.

Agence Rol, Mme Franck [femme assise à une table, lisant], photographie, 1913 Gallica/BnF

Il y a aussi tout ce qu’on aimerait faire et pour lequel on manquera de temps : les recensions d’ouvrages, les comptes-rendus de conférences…

Car à l’excitation de l’emménagement succède une pointe d’angoisse : et si je n’ai pas le temps, le courage ? Et si à la fanfare de la pendaison de crémaillère répond le silence assourdissant de la non-publication ? Ce n’est pas comme si, deux mois après mon inscription je n’avais toujours pas avancé d’un iota sur mes recherches…
Alors je triche : je me dis que je publierai ce billet quand j’aurai déjà un ou deux autres contenus sous le coude.

Agence Meurisse, Journal l’Auto : différents services, photographie, 1914, Gallica/BnF

Ce n’est pas (si) facile de (r)ouvrir un carnet de recherche : les enjeux sont si différents de ceux d’un blog… J’ai beau avoir presque dix ans de blogging dans les pattes, voilà que les démons de la mise à nue ressurgissent… Que vont penser les pairs qui me liront ? Comment assumer ce format parfois si peu académique ? Le dévoilement des coulisses, avec ses failles, ses égarements, ses apprentissages ?

Peut-être qu’il est temps de commencer, sinon je vais reculer !


Johanna Daniel

Doctorante au LARHRA (Lyon 2) et chargée d'études et de recherche à l'Institut national d'Histoire de l'Art (Paris), rattachée au Service numérique de la recherche. Historienne de l'estampe, consacrant sa thèse aux vues d'optique dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Vidie dit :

    Merci pour cet article plein de perspectives. Pour le lecteur non initié que je suis, le blog Orion en Aéroplane est bien plus abordable que le blog Isidore et Ganesh. Cet article m’éclaire cependant sur le domaine dans lequel évolue son auteur. Si je crois avoir compris ce que désigne le « méta », je sais d’ores et déjà qu’Orion gardera ma préférence. Portant un grand intérêt à la thèse en question, j’encourage son auteur à cultiver ces deux blogs et, pour ma part, je suivrai Isidore et Ganesh comme on tente de suivre une conversation dans une langue étrangère !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search