[Journal de Thèse] Commencer à commencer

Drôle de titre, n’est-ce pas ? C’est une référence et un hommage à Caroline Muller, dont le carnet de recherche a été été déterminant dans mon choix d’abord de m’inscrire en thèse et ensuite de tenir, moi aussi, un journal de thèse. Un de mes billets favoris, chez Caroline Muller, s’intitule « commencer à finir » : elle y relate l’écriture de sa thèse, la phase de relecture, cette dernière ligne droite du doctorat. Commencer à finir… sauf que moi, j’en suis encore loin. Je dois commencer… à commencer.

Agence Rol, Stade Elisabeth, départ du 1000 m France-Suisse lors de la fête de Fémina-Sport, photographie, 1921, Gallica/BnF

Commencer… à cesser d’accumuler le retard

Je suis inscrite depuis novembre, et, depuis cette date, j’ai l’impression que j’attends… d’avoir du temps. Il est vrai que la fin du semestre 1 a été chargée — j’enseigne beaucoup (et j’ai appris beaucoup dans ce domaine cette année) —, il y a ensuite eu les copies à corriger ; le besoin irrépressible de repos à Noël, puis le nouveau semestre qui s’en vient. À cela s’ajoute l’angoisse, celle de ne pas avoir de sous — il faut dire que le contexte n’aide pas — qui pousse à toujours chercher de petites missions complémentaires au dépens des plages réservées à la thèse.

Agence Rol, La Bibliothèque de la chambre des députés, photographie, 1922, Gallica/BnF

Bref, on est fin janvier et j’ai déjà deux mois de retard sur mon planning prévisionnel. On m’avait pourtant prévenue : « un planning prévisionnel, haha, personne ne le tient jamais ».

Leonetto Cappiello, Le Jaeger compte juste, affiche, 1920, Gallica/BnF

Rien de dramatique cependant pour l’instant : la préparation de l’exposition, en 2016, m’a permis de rassembler un matériel de départ confortable, et je n’ai pas chômé cet été lorsque j’ai rédigé mon projet de thèse…

Commencer à bâtir les outils.

L’objectif, pour l’instant, est de bâtir une première version de mon corpus — et ma base de données — dans un délai raisonnable, c’est-à-dire d’ici juin, tout en dépouillant en parallèle ma bibliographie.

Bâtir mon corpus et mes outils : c’est donc mon chantier prioritaire, car c’est à partir de là que je pourrai commencer à poser des questions précises et pertinentes.

Agence Rol, Atelier dans l’école Lavoisier, photographie, 1921

Commencer à bâtir le corpus.

Il semble assez évident à construire car mon objet est bien identifié : je travaille sur les vues d’optique, une production relativement standardisée et délimitée. La vue d’optique présente généralement une vue urbaine, traitée en forte perspective, souvent avec un point de fuite central. L’estampe est gravée à l’eau-forte, d’une manière qu’on qualifie de « semi-fine ». Les tirages sont coloriés à la main, plus ou moins grossièrement, dans une palette relativement limitée. Les dimensions de l’image avoisinent les 30 par 40 centimètres. La lettre, quand elle existe, inclut souvent les termes « vue » ou « perspective ». Le titre supérieur peut être gravé à l’envers de façon à être lu dans un dispositif optique. Un petit nombre de noms d’éditeurs, toujours les mêmes, revient dans les adresses.
Si les vues d’optiques ne répondent pas toujours à l’intégralité de ces critères, il semble aisé, au regard de cette grille, de valider que telle estampe est une vue d’optique.

Une vue d’optique tirée de mon corpus : elle figure, selon la légende, le pont-au-change à Paris. BnF LI-72 (1)-FOL / Gallica.

Le cœur du corpus — les estampes qui sont sans ambiguïté une vue d’optique — devrait donc être facile à rassembler. En revanche, quand il s’agit de toucher les limites, la frontière qui distingue la vue d’optique d’une simple vue topographique, les choses deviennent plus floues… c’est donc tout un chantier qu’il va falloir mener là-dessus, et cela recoupe justement une de mes questions de recherche, sur la naissance de la vue d’optique durant la première moitié du XVIIIe siècle.

Mais pour l’heure, je me concentre sur celles des estampes qui sont assurément des vues d’optique : je tâche de les rassembler dans une base de données que je pourrai ensuite interroger.

Commencer à constituer la base de données.

Je ne suis pas encore parvenue à estimer le nombre de vues d’optique (matrices différentes) parues en Europe au XVIIIe siècle, mais il semble évident qu’il est supérieur à 1500. Pour ne pas me noyer dans la masse, j’ai décidé de commencer par travailler sur ce que j’ai nommé mon « corpus de départ » ou « précorpus », à savoir les vues qui me sont facilement accessibles, parce que numérisées dans Gallica, ou parce que je les ai inventoriées précédemment dans le cadre de la préparation de l’exposition d’Abbeville. Cela représente tout de même près de… 2000 items !

Les vues d’optique dans Gallica

Si l’objectif est clair, je me heurte à de nombreuses difficultés, dont j’ai du mal à me dépatouiller : il faut notamment que je choisisse les champs descriptifs que je vais renseigner, mes règles de description, de transcription des lettres, et, surtout d’indexation : quels vocabulaires employer ? Quelle granularité adopter ?

Un de mes tableurs de traitement des corpus de vue d’optique tirés de Gallica

Le chantier me semble titanesque, et l’océan des questions, infini. Par quel bout l’attaquer ? Il me faudrait des journées entières à m’y consacrer et interroger une myriade de spécialistes (notamment des bibliothécaires, des documentalistes et des ingénieurs) pour être sûre de marcher dans la bonne direction et d’effectuer les bons choix techniques et documentaires.

Une fiche de description (sommaire) d’une vue d’optique dans mon outil de gestion du corpus, Omeka.

Une des difficultés de ce travail de thèse, c’est d’accepter d’aller lentement : essayer, rater, réessayer, relever les choses à améliorer, recommencer… Et tout documenter. Cette impression de faire du surplace, de ne pas y arriver, de se demander sans cesse si on fait les bons choix… Mais c’est cela la recherche !

L’interface d’Omeka : aperçu de mon corpus au 12 février

Commencer à commencer… on dirait que j’ai un peu de mal… et ce n’est pas faux : il y a eu l’excitation du début, la mise en place de l’environnement de travail : ouvrir des dossiers, ranger Zotero, mettre au point des routines, créer un compte HAL, un CV sur le site du labo, migrer le carnet de recherche… Et maintenant il faut y aller, plonger, mettre la tête sous l’eau et commencer à enchaîner les longueurs… Allez ! Go !

Agence Rol, Meudon, départ du championnat de Paris de cross féminin avec Suzanne Thuault en tête, photographie, 1926, Gallica/BnF

Édit : que les lecteurs de ce carnet soient rassurés : entre la rédaction de ce billet, vers le 20 janvier et ce jour (le 20 février) j’ai enfin « commencé » et plutôt bien. Les fiches de lectures s’accumulent, la base de données se remplit… En témoignent les captures d’écran qui illustrent ce billet ! 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.