[Journal de Thèse] Une nouvelle aventure qui commence… Trois ans l’oeil dans la boîte d’optique !

C’est mon arlésienne : cette thèse que je voudrais faire, que je ferai un jour, que j’aurais aimé faire… et voilà que je fais !

Le 22 novembre dernier, je recevais le mail qui validait définitivement mon inscription en thèse, quatre ans après ma sortie des études supérieures.

Je reviendrai un peu plus loin sur les raisons d’une telle interruption, car il me semble plus important, pour inaugurer cette nouvelle phase de la vie de ce carnet (et de ma vie tout court) de vous présenter le sujet de ma recherche.

Préparation d’une visite-conférence pour les amis du Musée Boucher-de-Perthes, en 2017

Des vues d’optique par milliers

Je travaille sur la vue d’optique, un genre d’estampes produit essentiellement au cours de la seconde moitié du XVIIIème siècle et dans les premières décennies du XIXème siècle.

Une vue d’optique tirée de mon corpus : elle figure, selon la légende, le pont-au-change à Paris. BnF LI-72 (1)-FOL / Gallica.

Les vues d’optique figurent en général des paysages urbains, et ont la particularité d’être conçues pour être regardées au travers d’un dispositif d’optique, constitué d’une lentille, qui accentue l’effet de profondeur de l’image. Le dispositif procure un effet qui s’approche de la 3D, ce qui me fait souvent présenter, dans un but de vulgarisation, les vues d’optique comme l’ancêtre des vues stéréoscopiques.

Un zograscope prêté par un collectionneur pour l’exposition de 2017 à Abbeville.

Ces vues d’optique ont circulé dans toute l’Europe. Quatre villes se sont illustrées comme principales productrices de ces estampes : Londres, Paris, Augsbourg et Bassano (près de Venise). Les éditeurs de ces différents pôles s’associaient parfois, et se copiaient souvent : les modèles circulaient d’une ville à l’autre.
Un de mes objectifs est de mieux cerner ces échanges européens, en les documentant, mais mes recherches se portent plus précisément sur les éditeurs parisiens, presque tous localisés rue Saint-Jacques, foyer de l’estampe semi-fine aux XVIIème et XVIIIème siècles. À travers l’exemple de la vue d’optique, j’espère contribuer à une meilleure connaissance de cette gravure « ordinaire », ni fine ni totalement populaire… C’est là mon premier axe de recherche.

Les vues d’optique figurent souvent des paysages urbains : Paris, Londres, Venise, Rome… ou des horizons bien plus lointains (et exotique), comme Québec, Palmyre ou la Chine…

Vue d’optique figurant Palmyre. BnF, LI-72 (8)-FOL / Gallica

Comment le paysage urbain est-il représenté, véhiculé et perçu ? C’est mon second axe de recherche. Quels sont les lieux représentés ? Pourquoi d’autres n’intéressent-ils pas les éditeurs de vues ? Quelles sources utilisent les graveurs – car ils ne travaillaient jamais d’après nature, mais toujours d’après des estampes réalisées par d’autres ? Il s’agit là d’apporter une contribution à l’histoire de la vue gravée topographique, terrain encore trop peu exploré en France.

Une sélection de vues d’optique sur Paris, tirées de mon corpus de thèse.

Enfin mon troisième axe de recherche concerne la perception de ces estampes : qui les achète ? Qui les collectionne ? Qui les consomme ?

La vue d’optique est un objet passionnant, en ce qu’elle touche des couches très hétérogènes de la société : le peuple se délecte du spectacle magique du mondo nuovo que vante le montreur de vues. Contre quelques menues pièces, le chaland peut jeter un œil à travers la lentille et découvrir un ailleurs lointain.

Giandomenico Tiepolo, Il Mondo nuovo, fresque, 1791, Venise, Museo del Settecento. Dans cette scène vénitienne, le peintre figure le pouvoir d’attraction de la vue d’optique sur les promeneurs.

Mais la vue d’optique est aussi appréciée dans les salons mondains, où elle figure parmi ces jeux scientifiques qui permettent d’appréhender la physique, l’optique… et la géographie !

Boilly (d’après), L’optique, gravure en pointillé, 1793.

Des vues d’optique figurent aussi dans les portefeuilles de quelques collectionneurs d’estampes.
Comment ces différents publics appréhendent-ils la vue d’optique ? Quel regard portent-ils sur les motifs gravés ? Quelle perception ont-ils du dispositif optique qui ajoute à la « magie » de l’image ?

Voilà brossée, en quelques lignes, l’objet de ma recherche.

Le choix d’un sujet, ce mystère de l’intime

L’objet de mes recherches pour les trois (quatre ? cinq ?) ans à venir posés, je voulais revenir sur les motivations qui m’ont conduite à ces choix : celui de m’inscrire en thèse d’abord et celui du sujet ensuite.

De la peur de la recherche au goût de la recherche

Je me souviens avec empathie et une pointe d’amusement de mon moi de 21 ans, qui, au début du master 1, était terrorisée par l’idée de faire de la recherche : la montagne à gravir me semblait bien trop haute pour moi. Aussi avais-je demandé un parcours plutôt orienté pro (médiation), certaine ainsi d’échapper aux archives… Le destin en a décidé autrement et j’ai été admise dans un groupe de recherche sur l’histoire des musées et des idées. Je commençais, malgré moi, la recherche.

Une photo prise au hasard sur mon disque dur, souvenir d’une de mes (nombreuses) séances aux Archives nationales, en 2012-2013

Et ce fut la révélation : j’ai adoré cette première expérience, la confrontation aux archives, les émotions de l’enquête, le long voyage de la rédaction… Tant et si bien que j’ai finalement enchaîné quatre mémoires en trois ans (deux mémoires de recherche et deux mémoires de stage). À l’issue de mon master 2 à l’École des Chartes, cependant, je ne me voyais pas poursuivre en thèse : depuis toujours, mon projet professionnel était de devenir conservatrice de bibliothèque. J’étais un peu fatiguée des études et surtout persuadée que je ne décrocherai jamais de financement.

J’ai commencé ma vie professionnelle avec, tout de même, l’envie de, peut-être, un jour, faire une thèse. Oui, mais sur quel sujet ?

Mon mémoire de M1, puis celui de M2 m’avaient ouvert des pistes, mais rien ne m’enthousiasme assez pour y consacrer trois à cinq ans sans me lasser en cours de route. Ou alors le terrain était déjà occupé. Ou encore c’était trop vaste… Et puis surtout, aucun des sujets auxquels j’avais pensé ne semblait se prêter véritablement à un projet en humanités numériques. Car c’était là tout le nœud du problème : à mes yeux, le sujet idéal pour moi alliait histoire de l’estampe, histoire des collections, histoire des villes, XIXème siècle et, surtout humanités numériques.

Je voulais absolument un sujet impliquant un corpus bien défini et relativement restreint, qui se prête à une exploration outillée, avec de véritables enjeux de recherche sur ce point, le tout maîtrisable techniquement dans le cadre d’un doctorat… Et je ne trouvais pas !

Tracer sa route, choisir son chemin. [Illustré par un détail d’un plan de la forêt de Fontainebleau au XIXème siècle, Gallica/BnF]

C’est toujours amusant et émouvant de regarder derrière soi, le chemin parcouru, et de relever les embranchements choisis quand un carrefour s’est présenté, les surprises que le hasard a placées sur la route, et qui ont été déterminantes dans la trajectoire finalement suivie.

Comment je me suis plongée dans la boîte du montreur d’optique

Si j’ai mis des années à choisir les vues d’optique comme sujet de thèse, mon histoire avec ces estampes remonte au tout début de mes études. J’avais dû en voir une ou deux à l’occasion de mon cours de spécialité en histoire de l’estampe, en 2007. J’étais en première année et nous étudiions l’estampe du XVIIIème siècle. Plus tard, en 2012, j’ai travaillé comme vacataire au département des estampes de la Bibliothèque nationale de France, à la numérisation pour Gallica. Les vues d’optique venaient d’être mises en ligne et le responsable de la numérisation, Jude Talbot, m’avait demandé de partir à la chasse aux vues dans la série topographique, afin de compléter ce premier corpus. C’est à cette occasion que j’ai véritablement découvert les vues d’optique, ce qui a donné naissance à un billet sur le blog Orion en aéroplane. Nous étions en 2013.

A la recherche des vues d’optique dans les volumes de topographie aux estampes, à la BnF

Ensuite, je n’ai plus pensé aux vues d’optique. Et puis, un jour de 2015, alors que je me trouvais au musée Boucher-de-Perthes à Abbeville pour préparer une conférence sur une matrice d’estampe des collections, le commissaire d’une future exposition sur l’Italie dépouillait des cartons de gravures sur une table voisine.
Il a ouvert un portefeuille plein de vues d’optique. Je me suis approchée, et j’ai débordé d’enthousiasme pour cette découverte – 400 vues, un fonds d’importance ! – tant et si bien que la conservatrice du musée, Agathe Jagerschmidt – que je ne remercierai jamais assez – m’a proposé d’être commissaire associée de l’exposition. C’est ainsi que j’ai participé, aux côtés de Christophe Brouard, à l’aventure de Rêver d’Italie, voyager par l’image (mars-octobre 2017).

Affiche de l’exposition à Abbeville (finalement prolongée jusqu’en octobre 2017)

C’est au cours de la préparation de cette exposition que j’ai mesuré tout l’intérêt des vues d’optique… et toutes les lacunes de nos connaissances sur ces estampes. J’ai commencé à cerner un beau sujet de recherche, qui ô miracle, rassemblait (presque) tous mes critères pour un projet de thèse idéal… Notamment la dimension humanités numériques, puisque c’est d’abord par là que le projet s’est construit, autour de l’idée d’un outil pour élaborer un catalogue raisonné. Mais allais-je réussir à m’intéresser, sans me lasser, à ces estampes « pas si belles » le temps d’une thèse ? Rien n’était moins sûr.

Une des cimaises de l’exposition d’Abbeville, en 2017

Et si je m’inscrivais en thèse ?

L’idée avait germé, mais il a fallu qu’elle mûrisse quelque temps. Une thèse, trois ans après le master ? Ce n’est pas sérieux ! Comment faire coexister ça avec un projet professionnel déjà très lourd (je suis consultante indépendante depuis 2016, et vacataire dans l’enseignement supérieur) ?

Mais le désir, lui, grandissait chaque jour un peu plus, au contact, notamment, de « ceux qui cherchent » [dans mon travail, je côtoie des chercheurs] et des copains qui, eux, commençaient à finir leur thèse. Et surtout, je ressentais de plus en plus un manque lorsque j’intervenais sur les outils numériques au service de la recherche et de la valorisation du patrimoine : celui de ne pas avoir moi-même fait cette expérience, appliqué ces outils à un objet concret, sur le long terme et à grande échelle…

Préparatifs de l’exposition de 2017. Photographie par A. Jagerschmidt.

Jusqu’au jour où mes proches en ont eu marre et m’ont déclaré « Inscris-toi. Fais-là cette thèse-que-tu-voudrais-faire-mais-tu-peux pas, comme ça, dans trois ans, c’est bouclé ! » (ne leur dites pas, pour les trois ans). Bref, on était en avril 2018 et j’ai décidé d’y aller. Sans trop réfléchir aux conditions matérielles, car sinon, j’aurai probablement renoncé.

Je pourrais encore poursuivre ce billet sur des lignes et des lignes, vous racontant l’écriture du projet de recherche, l’élaboration patiente des axes, la recherche d’un ou d’une directrice. Mais il est encore trop tôt pour faire ces bilans-là.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Geneviève QUIRINY-DUCKERTS dit :

    Je suis restée pas mal de temps sans te lire et te suivre, Joh, mais je reviens vers toi pour te faire part de mon admiration devant ton obstination, ta détermination et ton enthousiasme en redécouvrant le sujet qui précisément allait coller parfaitement à ce que tu espérais depuis longtemps. Or, dans le domaine de l’histoire de l’Art, si vaste, qui devient de plus en plus pointu et qui n’a plus guère à voir avec ce que j’ai connu dans les années 1970, il faut une véritable passion pour un sujet peu ou pas étudié afin de lui consacrer une thèse. Bref, il faut en “remontrer” aux juges et experts avec un travail très étayé. Je te fais confiance car tes connaissances, ta curiosité, ton expérience déjà grande, me font espérer un résultat à ta hauteur. Néanmoins, je ne puis m’empêcher de te souhaiter bon courage. Je suis “à fond” avec toi.

  2. Bonjour JOHANNA DANIEL,

    Je fais partie du comité de rédaction de TK-21 LaRevue, une revue en ligne sur l’image. Pourriez vous me contacter car j’aimerais parler avec vous de votre projet qui est susceptible de nous intéresser. Bien à vous et bon courage pour les 3 années à venir. Hervé Bernard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.