[Journal de thèse] Ramer et ne pas se noyer

Les premiers mois d’une thèse en SHS sont souvent ceux de l’exploration et de la lecture : il faut écumer les bibliothèques et les bibliographies, lire, lire et encore lire pour établir l’historiographie, identifier et affiner les questions de recherche, repérer les gisements de sources à explorer, établir les stratégies pour les dépouiller. Vaste programme, où l’enthousiasme (« que de choses passionnantes à découvrir ») et le découragement (« par quoi commencer ? » « je n’en finirai jamais ! »), alternent à une vitesse fulgurante.

Je pourrais comparer cela à un immense territoire à cartographier très finement, et devant lequel on serait seul(e). Comment venir à bout de ce chantier gigantesque ? Quels outils adopter ? Quelle méthode mettre en oeuvre pour assurer à son travail la rigueur nécessaire tout en se montrant efficace ?

Tracer sa route, choisir son chemin. [Illustré par un détail d’un plan de la forêt de Fontainebleau au XIXème siècle, Gallica/BnF

Comment ne pas se perdre (ou se noyer) quand chaque caillou soulevé relève un monde à explorer, quand chaque sentier emprunté débouche sur un embranchement en étoile ? Impossible de les suivre tous simultanément… Comment garder le cap et s’assurer de ne pas tourner en rond ?

J’ai tenté – à plusieurs reprises – d’établir une carte mentale de mes axes de recherche, et j’ai recommencé dix fois sans parvenir à un résultat pleinement satisfaisant.

La carte mentale de ma thèse, en mars 2019… toute floutée 🙂

Maintes fois, le caractère éclaté de ma carte mentale m’a découragée, alors même que c’est cette richesse des axes qui m’a convaincue d’adopter cet objet de recherche. Notons que l’exercice de la carte mentale, s’il faut un jour reprendre la problématique de la thèse pour la redéfinir, me sera précieusement utile.

Ma frustration et mon angoisse viennent notamment du fait qu’il me semble que pour explorer chaque piste, il me faudrait des semaines entières à y engloutir. Or, des semaines entières, je n’en ai pas : comme beaucoup, je partage mon emploi du temps entre ma thèse et d’autres activités – dans mon cas l’enseignement et des missions de consultante.

Le temps consacré à ma thèse est donc éclaté : quelques heures par-ci, une journée complète par-là, une semaine entière quand j’arrive à en dégager une (j’appelle ça les vacances-thèse), les mois « off » où je mets totalement en pause mes activités pro pour me plonger dans la recherche.

Le caractère irrégulier de ce rythme est à la fois un désagrément (difficile de mettre en place des routines de travail, par exemple) et un atout, puisqu’il convient assez bien à ma personnalité (les variations de rythme au cours de l’année sont un moteur créatif puissant pour moi).

Il a cependant fallu trouver des parades pour adapter mon travail à ces contraintes. Ma dernière trouvaille en terme d’organisation est un jeu de cartes, sur lesquelles j’inscris toutes les tâches à faire, à plus ou moins longue échéance :

  • lire tel ouvrage,
  • faire un point méthodologique sur telle question,
  • mettre à jour mon CV académique,
  • faire mes dépôts sur HAL,
  • aller sonder telle collection,
  • préparer telle communication,
  • prendre rendez-vous avec telle personne…

Mes « cartes à travailler », quelques exemples

J’utilise des cartes de trois couleurs différentes pour différencier :

  • les tâches « courtes » qui ne nécessitent pas plus de 4h,
  • les tâches nécessitant une plage horaire moyenne (4h-10h) ou plus longue, mais qui, dans ce cas, peuvent être divisées en plusieurs sessions de travail,
  • les tâches nécessitant de se dégager une longue période de travail sans interruption (d’une journée à une semaine)

Au recto, j’indique l’objet général de la tâche et une estimation du temps à consacrer. Au verso, je détaille parfois les étapes, à la manière d’une to-do-list.

Mes « cartes à travailler » quelques exemples de verso avec les points d’étape

Depuis peu, j’ai aussi adopté un système de gommettes colorées pour catégoriser les tâches (lectures ; administratif ; réflexion, etc.)

Mon code couleur

Quand je dispose d’une plage libre pour la thèse, je manipule mon jeu de cartes pour choisir la tâche qui me semble la plus adaptée à mon temps disponible, à mon humeur et aux priorités du moment.

Si j’ai besoin de projeter un programme de travail sur plusieurs semaines, j’étale les cartes au sol, je les trie, les classe…

Pourquoi adopter ce système de carte plutôt qu’un service d’organisation du travail en ligne (Asana, Trello), qu’un bullet journal ou de bêtes to-do-list ? Parce qu’à ce stade de la thèse, je n’ai justement pas encore mis en place mes routines de travail : je manque de vision d’ensemble pour « figer » sur le papier mon planning de travail. Les cartes ont cela de pratique que je peux les étaler, les réorganiser, les classer, les manipuler. Cela m’aide à me projeter beaucoup plus efficacement dans le temps long. Vous me direz que bien des services en ligne proposent la même chose, mais cela nécessite d’allumer l’ordinateur, de travailler sur écran, et sans la dimension physique de la manipulation des cartes. J’y basculerai certainement, quand les choses seront en place et que le rythme de recherche m’amènera à régulièrement me déplacer (on ne peut pas dire que mon système de cartes soit très pratique en terme d’encombrement…)

Et vous, quelles sont vos astuces d’organisation ?


Johanna Daniel

Doctorante au LARHRA (Lyon 2) et chargée d'études et de recherche à l'Institut national d'Histoire de l'Art (Paris), rattachée au Service numérique de la recherche. Historienne de l'estampe, consacrant sa thèse aux vues d'optique dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Anaïs Martin dit :

    Excellent ce système de cartes ! Pour moi le BuJo marche très bien car je peux alterner vision au mois et vision à la semaine, au jour selon les périodes. J’ai aussi des pages projets si besoin. J’aime bien avoir tout au même endroit et sous la main (mais moi aussi besoin de sortir de l’informatique pour que ça fonctionne).

  1. 26/02/2020

    […] ig.hypotheses.org/2003 [↩] […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search