[Journal de thèse] Construire son corpus de thèse et ses outils (0) : introduction

Depuis janvier (et même avant), un gros chantier m’occupe : la constitution de mon corpus de thèse. C’est avec le dépouillement de la bibliographie et l’approfondissement des axes de travail formulés dans mon projet de thèse l’une de mes priorité de la première année de doctorat. Je veux me réinscrire à l’automne avec un corpus outillé et opérationnel, prêt à être exploité.

La série de billets qui va suivre, et que j’inaugure aujourd’hui, intitulée « Construire son corpus » relate les différentes étapes de ce chantier en cours.

Garder trace du chemin parcouru

Cette série, dont j’ai commencé la rédaction en février, a plusieurs objectifs et fonctions. La première est personnelle : écrire m’aide à élaborer ma pensée, par la mise en ordre que le fait de coucher sur le papier impose. Aussi, les phases d’écriture ont souvent coïncidé avec des moments de flottement ou de blocage (l’achèvement d’une phase de travail, où « la suite » peinait à se dessiner) et à des moments de bilan, quand il a fallu rédiger une candidature à une résidence de recherche, répondre à un appel à communication ou préparer un rendez-vous avec ma directrice de thèse.

Christoph Haffner, Vüe du Paris, Metropolitaine en la France, sur la Reviere de la Seine, édité par Hafner et Rupprecht, eau-forte coloriée, seconde moitié du XVIIIe siècle, Bibliothèque de l’INHA, VO Fra Par 83 (détail)

Enregistrer ma progression, marquer les étapes : le journal de thèse, ici partiellement publié sur mon carnet de recherche fonctionne comme un cahier de laboratoire, auquel il sera bien commode de revenir au moment de la rédaction finale, pour reconstituer l’itinéraire parcouru.

Se nourrir de la conversation

Publier ces fragments du Journal de thèse sur le carnet, c’est se donner la chance de la conversation : peut-être ces billets susciteront-ils des commentaires sur le présent site, un dialogue sur les réseaux sociaux. Une observation, un conseil bibliographique, une remarque, une question, une critique peuvent relancer mon processus de réflexion, remettre en question un choix, m’amener à m’engager sur de nouvelles voies. Bien sûr, ce dialogue existe déjà, dans la relation directeur/trice – doctorants : il s’agit là de l’ouvrir à tous les vents et de se donner l’opportunité d’un regard extérieur (à la discipline voire même au monde universitaire).

Vüe de la Cour du prince Statouder d’Hollande ou se tient l’assemblée des Etats Généraux a la Haye, édité par Daumont (Paris), eau-forte coloriée, seconde moitié du XVIIIe siècle, Poitiers, Bibliothèque municipale, 9 EST F4. (détail)

Ce dialogue, d’ailleurs, a déjà commencé, dans les marges des documents du Google Drive qui ont précédé la publication sur ce carnet Hypothèses. Les présents billets ont été corrigés au regard de ces commentaires, et d’autres articles viendront poursuivre des discussions amorcées dans la coulisse. J’espère que les relecteurs, que je remercie sincèrement pour le temps qu’ils y ont consacré, relanceront en commentaire certaines discussions commencées en privé.
C’est là l’un des paradoxes de cette écriture semi-exposée : comment laisser trace du cheminement et des conversations qui précèdent la publication d’une première version du texte ?

40e Vue d’optique representant le parc royal de St. James a Londres, édité par Daumont (Paris), eau-forte coloriée, seconde moitié du XVIIIe siècle, Bibliothèque municipale de Poitiers, 35 EST F4. (détail)

Partager l’expérience

Publier cette série de billets, relater le chantier de la constitution du corpus, c’était aussi, pour moi, une manière de partager mon expérience avec d’autres doctorants et masterants. Quand j’ai commencé ce travail, j’ai cherché à lire des conseils méthodologiques, des retours d’expérience sur la constitution de corpus en histoire de l’art : en ligne, ils étaient, me semble-t-il, peu nombreux, du moins j’ai peiné à en trouver (n’hésitez pas à partager vos références en commentaire !).

Je suis personnellement très friande de retours d’expérience d’autrui sur des aspects méthodologiques concrets tant l’art me semble difficile à acquérir et relève souvent d’une « cuisine » d’atelier que l’on apprend entre pairs dans des lieux spécifiques (séminaires, direction).

Vue de l’hôtel de ville à Gand, édité par Basset, eau-forte coloriée, 1ère moitié du XIXe siècle, Bibliothèque de l’INHA, VO Bel G2 (détail)

Mais ce partage d’expérience ne s’adresse pas uniquement aux pairs, masterants ou doctorants : en l’écrivant, j’avais également en tête les professionnels des musées, bibliothèques, archives qui conservent les documents constitutifs de mon corpus. Ils savent le fruit de leur travail de catalogage et de signalement mobilisé par la recherche universitaire, mais rarement précisément comment et dans quel but. Or, un retour d’expérience peut parfois apporter des informations quant aux usages des outils et données à disposition, de leur bonne (ou mauvaise) appréhension, documenter les besoins (en fonctionnalités et en formation) et enrichir un dialogue interprofessionnel.

Je remercie d’ailleurs les personnels des musées et bibliothèques que j’ai sollicité pour leur écoute et leurs réponses sans lesquelles je n’aurais certainement pas aussi rapidement avancé.

Leizelt, d’après Ozanne, Vuë de la façade du Louvre du côté de St Germain de l’Auxerois à Paris, édité par l’Académie Impériale d’Empire des Arts libéraux (Augsbourg), eau-forte coloriée, seconde moitié du XVIIIe siècle, Bibliothèque nationale de France, département des estampes, LI-72 (1)-FOL

A propos du projet éditorial : les billets de la catégorie Journal de thèse ont pour but de raconter, au jour le jour, mon expérience de la thèse. Ils reflètent un projet en construction, une méthodologie en cours d’élaboration. Certaines expériences menées seront abandonnées, certains choix seront amendés. Les billets du journal de thèse sont amenés à être relus et synthétisés de façon critique au cours de la dernière année de doctorat.

  1. Construire le corpus de thèse (1) : définir le corpus : j’explique ce que c’est que peut être corpus de recherche et ce à quoi ressemble mon corpus de thèse
  2. Construire le corpus de thèse (2) : rassembler le corpus : j’explique comment je construis mon corpus, ce que j’y mets dedans, et comment je compte travailler
  3. Construire le corpus de thèse (3) : construire les outils : j’explique comment je m’y prends concrètement pour le fabriquer et avec quels outils.
  4. Construire le corpus de thèse (4) : la V1 de ma base de données : où je fais un tour “du propriétaire” de ma base de données
  5. Construire le corpus de thèse (5) : une question d’interface et d’outils : où je critique mes choix, notamment mes problèmes de visualisation
  6. Construire le corpus de thèse (6) : ouvrir le corpus ? : où je questionne sur une possible ouverture.
  7. Construire le corpus (7) : ce que cette série m’a appris : où je fais un bilan provisoire

Johanna Daniel

Doctorante au LARHRA (Lyon 2) et chargée d'études et de recherche à l'Institut national d'Histoire de l'Art (Paris), rattachée au Service numérique de la recherche. Historienne de l'estampe, consacrant sa thèse aux vues d'optique dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.