[Journal de thèse] Construire le corpus de thèse (1) : définir le corpus

En ce moment, je parle beaucoup, ici et sur Twitter, du chantier qui occupe mes soirées et mes week-ends : la constitution de mon corpus de thèse.
Ce billet est le premier de ma série « Construire le corpus de thèse » dont le projet éditorial est présenté ici.

Un corpus pour répondre à une problématique de recherche

Qu’est-ce qu’un corpus de recherche ? J’ai demandé à mon compagnon (qui est étranger à la recherche en Sciences Humaines et Sociales) de formuler une proposition « grand public » de définition de « corpus de recherche » : « Le matériau (les archives, les œuvres) que tu rassembles et analyses pour répondre à tes questions de recherche, non ? »
Nous allons partir de cette définition, très simple, pour ce billet1.

De Poilly, La Galerie Nouvelle de la Bibliothèque Vaticane a Rome avec les Corniches ornées des Vases Etrusiens, édité par Nicolas de Poilly (Paris), seconde moitié du XVIIIe siècle, Gallica/BnF, département des estampes, LI-72 (7)-FOL (détail)

Ma thèse porte sur les vues d’optique (vous avez raté l’épisode où je présente mon sujet ? c’est ici !). Lorsque j’ai écrit mon projet de recherche, j’ai formulé plusieurs axes et questions auxquels j’aimerais répondre au cours de mes années de doctorat2. Je veux, par exemple, étudier les modalités de production et les circuits de diffusion des vues d’optique en Europe : quels éditeurs produisent des vues ? pourquoi ? comment sont-elles commercialisées? Je m’intéresse aussi à la perception des vues : qui les regarde ? dans quelles conditions ? comment les spectateurs les appréhendent-ils ? Je m’interroge enfin sur l’image de la ville et de l’ailleurs que véhiculent ces vues.

Pour répondre à ces questions, je vais devoir mettre en place une méthodologie rigoureuse. Il ne s’agit pas de lancer des conjectures basées sur mes impressions ou de vagues intuitions, mais de formuler des hypothèses fondées sur une enquête sérieuse, à l’aide d’une méthodologie solide et d’un appareil critique. Je dois apporter des preuves (pièce d’archives, étude statistique, etc.) de chaque information nouvelle que j’avance, de façon à ce que mes démonstrations soient vérifiables.

La Bibliothèque de l’Université de Göttinghe. [Göttingen], édité par Probst (Augsbourg), eau-forte coloriée, seconde moitié du XVIIIe siècle, Gallica/BnF, département des estampes, LI-72 (6) FOL. (détail)

Pour mener à bien cette longue démarche d’investigations, je vais devoir manipuler des milliers de vues d’optique. Ce sont ces vues d’optique, qui sont le matériau premier sur lequel je vais travailler que j’appelle mon corpus.

Un corpus qui se construit intellectuellement

Un corpus se construit. Le mien peut apparaître évident : je travaille sur la vue d’optique, mon corpus est donc logiquement constitué de vues d’optique. Ce ne sont que des estampes, on peut donc dire que mon corpus est homogène sur le plan de la typologie documentaire (contrairement à un corpus qui mêlerait estampes, dessins, peintures, textes littéraires, extraits musicaux, etc.).

Vue perspective du sallon de l’Academie Royale de Peinture et de Sculpture au Louvre, eau-forte coloriée, seconde moitié du XVIIIe siècle, Bibliothèque de l’INHA, VO Fra Par 90

Il est paru un grand nombre de vues d’optique, mais ce corpus est fermé : j’imagine qu’il est possible de parvenir à identifier TOUTES les vues d’optique publiées en Europe entre 1740 et 1830 (à condition de définir des critères stricts de ce qu’est une vue d’optique). Je vise donc, sur ce plan, l’exhaustivité.

La question de l’exhaustivité et de la représentativité

Cette exhaustivité est impossible à atteindre avec d’autres objets et questions de recherche. Imaginons quelqu’un qui travaillerait sur l’iconographie du regardeur d’images au XVIIIe siècle : jamais il ne pourrait prétendre avoir identifié et collecté, dans la multitude des productions visuelles de la période, l’intégralité des représentations de personnes regardant des images…
Il faut donc faire des choix : qu’est-ce qu’on inclut dans le corpus d’étude ? qu’est-ce qu’on exclut ? sur quel critère ? pourquoi ? ces critères sont-ils défendables scientifiquement ? Les choix opérés introduisent-ils des biais dans le corpus ? lesquels ? quel est leur impact potentiel sur les résultats ? Le corpus est-il représentatif de l’objet à étudier ? Permettra-t-il, tel qu’il est constitué, de répondre aux questions de recherche posées ?

Dans mon cas, j’ai besoin que mon corpus soit exhaustif pour répondre aux questions de recherche posées. Il faut qu’il comprenne au moins un exemplaire de chaque vue d’optique publiée sur la période que j’étudie. Si l’estampe a connu plusieurs états, il me faut au moins un tirage de chacun de ces états. Cette exhaustivité est nécessaire, par exemple pour déterminer combien chaque éditeur a publié de vues ou pour cerner quels sont, statistiquement, les sujets les plus représentés.

La Grande Procesion [Procession] de Florence le jour de la Fête de Dieu, vue d’optique éditée par Daumont (Paris), eau-forte coloriée, seconde moitié du XVIIIe siècle, Valenciennes, Bibliothèque municipale (détail)

En revanche, il n’est pas question de référencer, dans mon corpus, l’intégralité des exemplaires de vues d’optique conservés : ils sont bien trop nombreux (des dizaines de milliers rien que dans les collections publiques)… et ça n’aurait aucun sens en ce que cette masse ne m’aiderait pas à mieux répondre aux deux questions précédemment formulées.

Cependant, pour d’autres questions, cette masse aurait son intérêt : par exemple, s’il s’agit de mesurer le succès de telle ou telle place ou d’étudier les pratiques de mises en couleurs. Aussi me laisse-je la porte ouverte à une recherche systématique des exemplaires conservés dans certains cas ciblés.

Construire un corpus, c’est rassembler un matériau qui permette de répondre à une question que l’on a posée. L’exhaustivité est parfois une nécessité, d’autres fois non. Deux problématiques de recherche sur un même objet ne nécessitent pas obligatoirement le même degré d’exhaustivité. L’important, toujours, est de pouvoir justifier et défendre les choix opérés.

La question du périmètre et des critères de sélection

À ce stade, donc, mon corpus paraît facile à constituer : il est homogène, fermé et vise à une certaine exhaustivité… Mais, car il y a un mais : suis-je capable de définir, très précisément, ce qu’est une vue d’optique et ce qui n’est pas une vue d’optique ? Or, ce point, justement, est délicat : si certaines vues d’optique portent le titre « vue d’optique représentant … » la plupart ne comportent pas de telles mentions. Ce sont un certain nombre de critères qui m’aident à identifier une estampe comme vue d’optique : l’inversion de la lettre supérieure, le coloriage, le sujet représenté, la présence de certains noms d’éditeurs, le format relativement standardisé, etc. Mais encore, toutes les estampes habituellement désignées comme des vues d’optiques ne répondent pas à ces critères.

Vue perspective de la Galerie Royale de Copenhague conduisant au Jardin, édité par Mondhare (Paris), eau-forte coloriée, seconde moitié du XVIIIe siècle, Gallica/BnF, département des estampes, LI-72 (6)-FOL.

Aussi, je me heurte aux questions des confins du corpus : cette estampe coloriée est-elle bien une vue d’optique malgré son format plus petit ? Cette vue non coloriée et plus précoce peut-elle être considérée comme une vue d’optique ? Si elle n’a pas été conçue comme vue d’optique, a-t-elle pu être utilisée, ultérieurement, dans une boîte d’optique ? A ce stade, je suis incapable de répondre à ces questions.
Il faudra, dans trois ans, avoir avancé sur ce point, et que je sois capable, très précisément, d’expliquer et de défendre mes choix d’inclure ou non ces vues dans mon corpus.

Nous voici au terme du premier billet d’une série consacrée à la constitution du corpus. Dans le prochain, je vous parlerai de ma stratégie de collecte des vues d’optique constitutives de mon corpus.

  1. Je reviendrai sur la notion de corpus et sur les méthodes de constitution et d’outillage dans un billet []
  2. Je les ai ici simplifié car bon nombre d’entre elles ont en vérité déjà été traitées par des chercheurs au cours de ces trentes dernières annés. Mon projet de recherche constitue surtout à approfondir la connaissance pour l’aire géographique française. []

Johanna Daniel

Doctorante au LARHRA (Lyon 2) et chargée d'études et de recherche à l'Institut national d'Histoire de l'Art (Paris), rattachée au Service numérique de la recherche. Historienne de l'estampe, consacrant sa thèse aux vues d'optique dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.