Explorer la Rome du XVIIIe siècle grace au numérique

Pour préparer mon séjour de recherche à Rome, j’ai utilisé de façon soutenue deux foisonnants sites web consacrés aux représentations de la Rome du milieu du XVIIIe siècle : The Nolli Map Website et Imago Urbis : Guiseppe Vasi’s Grand Tour of Rome. Ces deux projets, portés par l’Université de l’Oregon, ont, me semble-t-il, été pionniers dans le domaine des Humanités numériques : ils datent, pour l’un de 2005 et pour l’autre de 2008. Encore maintenus (en flash), ils rendent de précieux services aux chercheurs qui travaillent sur l’histoire urbaine de Rome.

Durant mon séjour à l’École française de Rome, je mène une étude sur les représentations de Rome dans la vue d’optique : il s’agit pour moi de dresser l’inventaire des vues d’optique figurant la ville éternelle, d’identifier les sources visuelles mobilisées par les artistes et d’analyser les choix éditoriaux (que retient-on de Rome ? Pourquoi ? Quelle a pu être la part des vues d’optique dans la propagation et le renforcement de certains stéréotypes visuels ?).

Vue d’optique figurant le Capitole, eau-forte coloriée, éditée par Remondini, seconde moitié du XVIIIe siècle, BNF/Gallica

Ce travail exige que j’acquière une bonne connaissance de la Rome du XVIIIe siècle : sa topographie, ses monuments emblématiques, la représentation qui en est faite tant dans l’estampe que dans les guides et récits de voyage. Vaste programme, d’autant plus épineux que les plans anciens, les vues gravées et les livres sur Rome sont légion dans les bibliothèques numériques : par où commencer ? Quels documents privilégier ?
Les deux projets dont je vais vous parler sont pour moi deux boussoles qui m’aident à m’orienter dans le palimpseste qu’est la cité éternelle.

Pourquoi La Pianta Grande di Roma de Nolli ?

En 1748, l’architecte et géomètre Giambattista Nolli (1701-1756) fait paraître un grand plan de Rome, connu sous le nom de La Pianta Grande di Roma. Ses dimensions sont impressionnantes : assemblées, les 12 feuilles qui le composent couvrent une surface de papier de 176 par 208 cm où sont représentés 20 km² d’un tissu urbain complexe.

La Pianta Grande di Roma de Nolli

Les relevés sont précis et exacts : la comparaison avec les images satellites actuelles ne relève que peu d’erreurs dans les levées. Un index permet d’identifier 1320 sites sur la carte. Le souci de détail a été poussé très loin : pour les édifices les plus importants (églises, théâtres, palais), Nolli a fait figurer les plans intérieurs des bâtiments, ce qui en fait un document précieux pour l’histoire de l’architecture.

Capture d’écran de l’interface de consultation du plan de Nolli informatisé

Pour toutes ces raisons, le plan de Nolli est considéré par les spécialistes comme le premier plan moderne et fiable de Rome : il marque une étape importante dans l’histoire de la cartographie. L’année même où La Pianta Grande di Roma paraît, Nolli en fait donner une version réduite (50 x 77 cm) gravée par Piranèse et ornée d’un caprice du graveur (voir dans Gallica). Les matrices, aujourd’hui conservées à l’Istituto nazionale per Graphica, ont été actualisées à plusieurs reprises pour suivre les évolutions urbaines de la cité.

Réduction du plan de Rome gravée par Piranèse à la demande de Nolli. Gallica/BNF

Le document Nolli demeure une source primordiale pour toute personne voulant explorer la topographie romaine du XVIIIe siècle. Néanmoins, la consultation du document, même numérisé en haute définition dans les meilleures bibliothèques numériques, n’est pas évidente : il faut sans cesse naviguer de l’index à la carte.

Le projet, mené entre 2005 et 2007 par James Tice, Erik Steiner, Allan Ceen et Mark Brenneman à l’Université de l’Oregon, vise à faciliter la navigation dans une interface qui certes commence à vieillir, mais demeure néanmoins beaucoup plus pratique que les visualiseurs classiques de bibliothèque numérique.
L’index, informatisé, permet de rechercher aisément un lieu et de le visualiser en un clic dans une nouvelle fenêtre. Des annotations apportent des informations supplémentaires, comme le nom actuel du lieu, la période de construction et l’architecte, quand ils sont connus, ou encore si l’édifice considéré a été détruit ou déplacé. Sur la carte elle-même, l’internaute peut superposer différents calques, comme le tracé des murs de Rome, l’emplacement des fontaines ou encore les emprises des jardins.

Pour accompagner le tout, le site web propose quelques articles de synthèse sur différents aspects du Pianta, qui en facilitent l’accès pour les non-spécialistes. On trouve également une bibliographie, essentiellement en italien et anglais.

Le plan de Nolli et les vues de Vasi en regard

Bien lancés par la réalisation du projet The Nolli Map Website, Jim Tice et Erik Steiner récidivent avec la réalisation de Imago Urbis : Guiseppe Vasi’s Grand Tour of Rome, publié en 2008 après deux ans de réalisation soutenue par l’Université d’Oregon et la Getty Foundation. Ici, l’intérêt est porté sur les vues gravées de Rome réalisées par Vasi entre 1747 et 1761, qui sont géolocalisées sur la carte de Nolli et enrichies de diverses annotations.

Artiste d’origine sicilienne, Vasi est arrivé jeune à Rome : graveur à la chalcographie camérale, il se spécialise dans les vues de Rome à une époque où la demande est de plus en plus forte, à mesure que le goût du Grand Tour se développe en Europe. Les voyageurs rapportent d’Italie des œuvres (antiques, peintures, estampes) qui raviveront leurs souvenirs et témoigneront de leurs périples. Ces mêmes estampes véhiculent aussi l’image des cités italiennes à ceux qui n’y viendront jamais.

Une double page de Delle Magnificenze di Roma. Exemplaire du Getty.

Autour de 1740, Guiseppe Vasi se lance dans une entreprise qui va l’occuper vingt ans durant : la réalisation Delle Magnificenze di Roma, une suite de 10 volumes. Chaque livre contient 20 grandes planches, accompagnées d’un texte. Les livres sont thématiques : paraissent d’abord les portes et murs, puis les principales places, auxquels succèdent un volume sur les basiliques et églises et un autre sur les palais et les rues. L’inventaire de Rome se poursuit avec un parcours le long du Tibre (ponts et édifices). Les trois volumes suivants sont consacrés aux églises paroissiales et aux couvents féminins et masculins. La pointe du graveur s’attaque ensuite aux écoles, hospices et hôpitaux. La série s’achève dans les villas et jardins de Rome. Au total 238 planches composent les Magnificenze di Roma.

Imago Urbis : Guiseppe Vasi’s Grand Tour of Rome géolocalise chacune d’elles sur le grand plan de Rome de Nolli, en indiquant, systématiquement, le point de vue et l’angle couvert par la gravure. Les éléments architecturaux de l’estampe et du plan sont détourés, afin de mieux identifier chaque édifice représenté. Quand cela est possible, une photo a été prise sur les mêmes lieux, ce qui facilite les comparaisons. Un commentaire, plus ou moins détaillé, accompagne chaque entrée de la base.

Capture d’écran de l’interface de consultation de la carte de Nolli avec les vues de Vasi géolocalisées

La navigation est possible par la carte interactive (de façon plus pratique que dans le projet Nolli) ou par les estampes. De nombreuses autres voies d’entrées sont proposées : par thèmes, par types de vues, par quartiers, par architectes ou encore en suivant les huit itinéraires proposés par Vasi dans un guide qu’il a publié en 1763.

Capture d’écran d’une présentation d’une estampe dans l’interface. Le monument sélectionné est surligné

Mais au fait, pourquoi avoir choisi les vues de Rome gravées par Guiseppe Vasi et non celles, infiniment plus célèbres, de son élève Piranèse ? Les auteurs du projet explicitent leur choix : certes les vues de Piranèse sont plus frappantes, mais celles de Vasi offrent un témoignage plus réaliste de la ville, quoique, comme tous les védutistes, Vasi excelle à déformer la topographie pour rendre au mieux les lieux qu’il se propose de représenter. En effet, seul un quart des planches est construit en respectant strictement la perspective mathématique. Les autres procèdent par collage, télescopage ou dilatation pour rendre visibles sous leur meilleur jour les divers édifices.
Vasi cependant est le premier à montrer un réel sens du tissu urbain : plutôt que d’isoler les édifices majeurs, comme le faisaient nombre de ses prédécesseurs, le graveur présente les monuments dans leur contexte, même si l’espace est déformé. Ainsi, de même que le plan de Nolli, les gravures de Vasi fournissent une documentation précieuse pour l’histoire urbaine, qu’il faut cependant aborder avec un regard critique.

Même vue, version contemporaine, en photographie

Comme dans The Nolli Map Website, plusieurs articles permettent d’appréhender correctement le matériel graphique mis à disposition. Les auteurs offrent quelques présentations générales sur l’histoire du Grand Tour, l’histoire des représentations cartographiques de Rome, la tradition de la Vedute. Des focus plus poussés sont consacrés à l’œuvre de Vasi et au regard que ce dernier porte sur la cité. Sont particulièrement éclairantes les pages où sont explicitées la méthode de Vasi et catégorisées les « vues types » proposées dans les Magnificenze.

Je vous souhaite de belles déambulations virtuelles dans la Rome de Vasi et Nolli !

Pour aller plus loin

Si ces deux sites vous ont plu, je vous recommande également de visiter :


Johanna Daniel

Doctorante au LARHRA (Lyon 2) et chargée d'études et de recherche à l'Institut national d'Histoire de l'Art (Paris), rattachée au Service numérique de la recherche. Historienne de l'estampe, consacrant sa thèse aux vues d'optique dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.