[Journal de thèse] Six mois de thèse, un bilan

Voici l’année universitaire qui se termine, l’été se profile, et avant de me plonger avec délice dans mon premier véritable séjour de recherche, je dresse le bilan de mes six premiers mois de thèse.

Note : ce billet a été publié mi-juillet, mais rédigé mi-juin… 

Six mois ? Ma façon de compter peut surprendre : je suis inscrite en thèse depuis le 22 novembre 2018, mais je n’ai pu « m’y mettre » qu’à partir de janvier, essentiellement pour des raisons matérielles et professionnelles. J’ai raconté, dans un billet, le flottement qui a suivi l’inscription et finalement le déclic qui s’est produit au début de l’année 2019. La mise en écriture du journal de thèse, dont le présent carnet hypothèse n’est le réceptacle que de fragments, m’a beaucoup aidée dans la mise au travail tout court. Aussi je considère que cela ne fait véritablement que six mois que j’y « suis vraiment, en thèse ». Il est cependant vrai que j’avais beaucoup travaillé ma matière en amont de l’inscription, alors ce calcul du temps qui passe, du temps consacré est sans doute un peu faussé.

Faire le bilan, faire des bilans

Pourquoi cela me semble-t-il si important de faire ce billet à six mois du début de mes recherches ? Parce qu’il y a longtemps que je me suis rendu compte que c’était un exercice fort productif. Lors de mon master 1, mon directeur de mémoire m’avait fortement encouragée à produire un état d’avancement à mi-parcours et le document que j’avais alors produit m’avait ensuite beaucoup servi pour réviser mes plannings de travail, rédiger le mémoire puis préparer la soutenance. La thèse est un projet au long court, qui exige de bien gérer ses ressources, notamment en termes de temps et de mémoire (se souvenir de ce qu’on a fait, retrouver les notes prises des mois auparavant, etc.)

Aussi me suis-je décidée à m’astreindre à des exercices réguliers de bilans, à diverses échelles :

  • le bilan quotidien, qui clôt une séance de travail. Je note ce que j’ai fait, ma méthode, les intuitions passagères, les questions qui ont surgi, là où je me suis arrêtée. Ce cahier du quotidien, tenu sans soins excessifs a pour but de m’aider à me souvenir, à m’y retrouver. Je m’inspire ici, sur le conseil de Mélodie Faury, des carnets de laboratoire que l’on tient en biologie, mais aussi du cahier de stage en pharmacie de ma grand-mère, trouvé en vidant un grenier ou encore du carnet de terrain que tient mon amie Marjolaine Martin, doctorante en anthropologie. C’est cependant un exercice auquel j’ai du mal à m’astreindre, parce que je peine à « arrêter », c’est-à-dire clore une séance de travail en réservant les 10 ou 20 minutes nécessaires à l’exercice du bilan.
  • une fois par mois, je fais le bilan succinct du travail effectué, au regard de celui qui était prévu, et je fixe dans mon carnet les objectifs et le calendrier du mois suivant. Mon amie Claire s’en est amusée : « la thèse en mode gestion de projet », mais c’est exactement ça et je l’estime d’autant plus important que la gestion de projet est l’une des compétences professionnelles précieuses à acquérir durant le doctorat.
  • tous les six mois, donc, un bilan « total » pour coucher sur le papier « où ça en est ». Pour moi, d’abord, et pour ma directrice ensuite : un document qui pourra servir de base à nos futurs rendez-vous. Où en suis-je ? Qu’ai-je fait ? Que compté-je faire ? Quelles prometteuses découvertes ai-je faites ? Où est-ce que je bloque ? etc.

La ville et la tour de Babylone, Vue d’optique éditée par l’Académie Impériale d’Empire des Arts libéraux (Augsbourg), Gallica/BnF

Un premier bilan

Ce premier bilan, j’y travaille par intermittence (à l’heure où j’écris ces lignes, il n’est toujours pas achevé), et, en vérité, il prend plutôt la forme de trois documents distincts.

  • Un premier dans lequel je fais le bilan du travail réalisé sur mon corpus, et qui est grosso modo une version réécrite et synthétisée de la série de billets publiés ici « Construire son corpus ». C’est évidemment dégraissé de toutes les hésitations, errances, réflexions : des faits, des choix, des justifications et des chiffres.
  • Un second, intitulé « état de l’art » dans lequel je fais le point sur l’historiographie de mon sujet. J’ai repris, dans l’ordre de parution, la soixantaine d’articles, de livres, de catalogues d’expositions ayant pour objet principal la vue d’optique, et je les ai relus dans l’ordre dans lequel ils ont été édités, pour mesurer la part d’apports de chaque auteur, discerner les titres de références. Cela m’a permis d’y voir bien plus clair sur les spécialités de chacun des historiens qui avaient écrit sur la vue d’optique, et de confirmer les aspects encore à explorer. Mon regard critique sur ces différents travaux s’est affuté et bien que fastidieux, cet exercice m’a été très utile.
  • Le dernier des trois documents est peut-être le plus ambitieux : il s’agit de reprendre complètement mon projet de thèse à l’aune des 6 derniers mois de travail. Il ne s’agit pas de réécrire mon projet, mais plutôt de produire un état d’avancement : quelles sont les pistes que j’ai explorées ? Les fonds que j’ai sondés ? Mes axes de départ sont-ils toujours pertinents ? Mes questions se sont-elles étoffées ? Des hypothèses commencent-elles à poindre ? Quels chemins se dessinent ? Où dois-je concentrer mes forces ?

53e Décoration de Théatre représentant les Jardins de Circé Magicienne femme de Minos, vue d’optique éditée par Daumont, Lachaussée et Basset, seconde moitié du XVIIIe siècle, Bibliothèque des Arts décoratifs, Maciet OPT/2/80

Mes lecteurs les plus assidus seront peut-être déçus de n’en apprendre plus… mais il faut ménager de l’inédit pour vous donner envie de lire le résultat final : rendez-vous dans trois ans… ou bien au prochain bilan !


Johanna Daniel

Doctorante au LARHRA (Lyon 2) et chargée d'études et de recherche à l'Institut national d'Histoire de l'Art (Paris), rattachée au Service numérique de la recherche. Historienne de l'estampe, consacrant sa thèse aux vues d'optique dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.