[Journal de thèse] Intermède estival romain

Quelques nouvelles estivales alors que se clôture, un peu partout, l’année universitaire. Pour moi, elle n’est cependant pas tout à fait terminée, mais elle prend des couleurs et une saveur particulière : tout le mois de juillet, je suis boursière à l’École française de Rome. Avant que les plaisirs de l’été nous éloignent des écrans, il me semblait utile de faire un petit point d’étape sur le carnet de recherche.

Des nouvelles de la thèse

J’accumule le retard dans les publications sur Isidore et Ganesh : j’ai temporairement interrompu ma série « construire le corpus de thèse » alors même que le chantier est désormais bien avancé (et quasi dans le calendrier !). J’espérais également publier, au cours du mois de juin, deux billets, l’un consacré à la manière de citer les estampes et l’autre dispensant de nombreux conseils quant à la façon de mettre en page la version numérique d’un travail universitaire. Les deux sont rédigés, mais leur publication attendra septembre désormais. J’ai aussi écrit un petit compte-rendu d’une journée d’étude à laquelle j’ai assisté en juin, autour du projet Digital Muret porté par l’INHA, que je tâcherai de mettre en ligne en août.

J’ai tout de même publié hier un billet intitulé Six mois de thèse, un bilan. J’y parle du travail que je menais mi-juin de rédaction d’un « point d’étape », exercice que j’ai néanmoins laissé en plan et que je reprendrai fin août, en amont de la « reprise ».

Si je suis en retard sur mon programme, c’est qu’un événement est venu bouleverser mes plannings de travail : une audition à préparer pour un contrat doctoral, préparation à laquelle je me suis consacrée avec acharnement… et qui a débouché sur une heureuse nouvelle. Je rejoins à la rentrée l’Institut national d’Histoire de l’art pour un contrat de chargée d’études et de recherche. Mon expérience du doctorat, jusqu’alors cantonnée aux « trous » de mon emploi du temps professionnel, va prendre une autre tournure ! Mais nous en reparlerons en temps voulu.

Un été italien à l’École française de Rome

L’audition à peine passée, j’ai bouclé ma valise et sauté dans le premier train pour l’Italie. C’est une autre bonne nouvelle que je n’avais pas annoncée ici : je suis la « boursière 18 » du mois de juillet à l’École française de Rome. Voici donc une semaine que je suis dans la ville éternelle, à écumer bibliothèques et musées.

Mon bureau dans l’extraordinaire bibliothèque de l’Ecole française de Rome

L’objectif de mon séjour est double : étudier quelques vues d’optique remarquables conservées dans les institutions romaines et, d’autre part, commencer à explorer la question de la représentation de Rome dans la vue d’optique (vaste programme !).

À mesure que les jours passent, je continue à rédiger mon journal. Paraîtront donc sur Isidore & Ganesh les articles relatifs au quotidien de la recherche (promis, il y en aura au moins un, il est déjà prêt et illustré !) et sur Orion en aéroplane les billets à caractère plus touristique, relatant les « à côté » de ce séjour studieux (visites de musées, pépites découvertes)…

Je vous souhaite à tous un aussi bel été que le mien !


Johanna Daniel

Doctorante au LARHRA (Lyon 2) et chargée d'études et de recherche à l'Institut national d'Histoire de l'Art (Paris), rattachée au Service numérique de la recherche. Historienne de l'estampe, consacrant sa thèse aux vues d'optique dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.