[Journal de thèse] confinée.

Depuis des mois, impossible de m’asseoir à mon bureau et d’achever ne serait-ce qu’un seul billet pour alimenter ce carnet de recherche ou mon blog. Oh, ce n’est pas l’envie qui manque, ni les idées, mais j’ai été bien incapable de trouver – ou plutôt de me donner le temps – de les alimenter. Toujours plus urgent à faire sur les heures de travail, toujours plus distrayante activité pour occuper les heures de loisirs. Ce à quoi s’ajoutait la culpabilité permanente de me consacrer à cette « écriture accessoire » quand d’autres tâches plus essentielles étaient laissées en souffrance.

Le confinement rabat les cartes, ouvre des brèches dans l’écoulement cadencé du semestre universitaire, perturbe les capacités de concentration, chamboule les planning et les dead-line. Chacun vit ce moment différemment, avec plus ou moins de difficultés et de souffrances, selon sa situation personnelle, son caractère particulier, le confort de son logement, son entourage familial et les responsabilités qui en découlent, sa profession, etc. N’oublions pas que le confinement n’est pas une expérience partagées par tous : ceux qui travaillent (physiquement à leur poste, j’entends) ne la vivent que durant leurs heures de repos et à travers les gens avec qui ils interagissent (clients, patients, etc.).

Abraham Bosse, Les Vierges folles endormies devant une cheminée, eau-forte, XVIIe siècle, Gallica/BnF

A titre personnel, après plusieurs jours de sidération et d’anxiété, et une grosse semaine sans arriver à me concentrer sur la moindre tâche, j’ai commencé à intégrer la situation. Tout doucement, j’embrasse un nouveau rythme, qui s’ajuste à mesure que les jours s’écoulent. L’idée de profiter de ce moment qui, dans mon cas personnel, est « en suspens » pour me remettre à ma table d’écriture, à mon carnet Hypothèses, est venue assez vite, mais sans que je ne parvienne – jusqu’à maintenant – à m’asseoir à mon bureau et à rouvrir mon carnet.

Cet après-midi, j’ai coupé internet et me voilà. Par où commencer ? Une petite mise à jour de mon Journal de thèse et le bilan de mes six (déjà !) premiers mois à l’INHA ? Le récit de mon séjour à l’Ecole française de Rome, l’été dernier ? Un compte-rendu de mes trois dernières interventions (dans un colloque, un séminaire et enfin une conférence) ? Un point sur mes premiers pas dans le Minutier central ? La publication de supports pédagogiques conçus, avec plus ou moins de réussite pour mes étudiants confinés ?

Je pourrais ainsi continuer longuement la liste… Mais dites moi donc ce que vous avez envie de lire, je suis contente de vous retrouver !

Chacun gère la situation actuelle comme il peut. De mon côté, je sais qu’écrire a toujours été mon meilleur refuge, alors je vais essayer tirer profit du confinement pour renouer avec cette pratique.


Johanna Daniel

Doctorante au LARHRA (Lyon 2) et chargée d'études et de recherche à l'Institut national d'Histoire de l'Art (Paris), rattachée au Service numérique de la recherche. Historienne de l'estampe, consacrant sa thèse aux vues d'optique dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.