[Journal de thèse] Six mois de contrat doctoral à l’INHA

Ce premier avril, cela faisait six mois que j’ai intégré l’Institut national d’Histoire de l’Art comme Chargée d’études et de recherche. Les “CER” c’est le petit nom que l’on donne aux 24 doctorants en contrat au sein de l’INHA, à Paris. Quoi de mieux, pour reprendre ce Journal de thèse, que de faire un petit bilan de ce premier semestre sous contrat ? Billet qui tombe d’autant à pic que la campagne de recrutement 2020 pour les futurs CER vient de commencer et que cela intéressera peut-être de potentiels candidats et candidates.

La rotonde de la Galerie Colbert, où est installé l’INHA. La dernière photo que j’ai prise avant de quitter les locaux, le jour de la fermeture pour confinement, le 13 mars dernier.

Financer sa thèse

Mais commençons par le commencement. Une partie des lecteurs de ce carnet de recherche ne sont pas familiers du monde universitaire et ne savent peut-être pas qu’il existe plusieurs cas de figures parmi les doctorants : certains sont dits financés, c’est-à-dire qu’ils sont payés pour mener leur thèse. En Sciences Humaines et Sociales, ils ne représentent que 38% des doctorants. Les autres, la grande majorité, dits non-financés, auto-financent eux-mêmes leur thèse. Dans cette seconde catégorie, on trouve deux profils principaux : d’une part des doctorants ayant entamé leur thèse immédiatement après le master et qui financent leurs années de doctorat par des vacations (heures d’enseignement à l’université, emploi en bibliothèque, missions en laboratoire) ou par des jobs alimentaires (caissiers, gardiens de musée, prof à domicile) et d’autre part des doctorants qui ont un emploi principal et qui entament ou poursuivent leur thèse sur leur temps libre (enseignants du primaire et du secondaire notamment, mais aussi conservateurs, etc.). Jusqu’à octobre, je faisais plus ou moins partie de cette dernière catégorie, parce que j’ai commencé ma thèse en m’autofinançant, après 4 ans d’activité professionnelle, comme vacataire puis indépendante. 

Dubuisson, Valeur des assignats et autres papiers monnoies, vers 1790-1800, eau-forte coloriée, Paris, Musée Carnavalet

Candidater à l’INHA

Pour tout un tas de raisons personnelles, après six mois de thèse, il est devenu indispensable que je trouve un financement dédié pour poursuivre mes recherches. Obtenir un financement en cours de doctorat est particulièrement difficile en France : la plupart des contrats ne sont ouverts qu’au moment de l’inscription en thèse, voire un peu avant. Très concrètement ces concours se passent généralement en fin d’année universitaire (en mai-juin) pour un début de thèse à la rentrée suivante (en octobre-novembre). Aussi, bien souvent les étudiants achèvent leur Master 2 préparant les concours doctoraux, comme le raconte Akhésa Moummi sur son carnet de recherche.

Les six contrats doctoraux de l’Institut national d’Histoire de l’Art font figure d’exception car il est possible d’y candidater jusqu’à 18 mois après la première inscription en doctorat1. C’est ainsi que j’ai pu concourir à l’issue de ma première année de thèse : ma première année de contrat à l’INHA correspond donc à ma deuxième année de doctorat.

Ce n’est pas la seule spécificité des contrats de Chargé d’études et de recherche de l’INHA : là où beaucoup de contrats doctoraux incluent une charge d’enseignement, nous partageons notre temps entre notre propre recherche et des missions scientifiques pour l’institut, que je détaille plus bas. Dernières particularité, à l’issue des trois ans de contrat doctoral à l’INHA, une quatrième année peut être demandée. Il s’agit d’un contrat à durée déterminée classique, qui permet au CER de terminer sa thèse dans de bonnes conditions.

Vues sur les toits de la galerie Colbert.

Le recrutement est ouvert à tous les doctorants qui travaillent sur l’histoire de l’art et l’archéologie2 inscrits (ou allant s’inscrire) dans une université française. Les candidatures non-parisiennes sont fortement encouragées, par des dispositifs dédiés, sur lesquels je reviendrai un peu plus bas.

Les candidatures ouvrent en avril-mai. Pour la campagne de 2019, il fallait déposer son dossier en ligne avant le 31 mai, les admissions ont été publiées le 25 juin et les oraux ont eu lieu une semaine plus tard, le 3 juillet et les résultats dévoilés le lendemain. Pour 2020, la date limite de dépôt des dossiers a été exceptionnellement décalée au 12 juin, les oraux auront lieu la seconde quinzaine de septembre, après les soutenances de master. Je ne m’attarde pas sur le déroulement du recrutement dans ce billet, mais je répondrai volontiers aux questions à ce sujet par mail.

J’ai fait ma rentrée à l’INHA le 27 septembre, pour une prise de poste le 1er octobre. Nous étions donc six nouvelles recrues, avec des profils et des sujets de recherche très variés à intégrer l’INHA pour cette rentrée 2019. Vous pouvez découvrir mes camarades et collègues à travers leur pages personnelles et les billets de notre carnet de recherche commun3.

Le quotidien des Chargé(e)s d’études et de recherche de l’INHA

Nous sommes donc une “petite armée” de 24 doctorants, les Chargés d’études et de recherche, rattachés à la Direction des Etudes et de la Recherche (l’autre branche de l’INHA était la Direction de la Bibliothèque et de la Documentation). Notre temps de travail se partage entre notre thèse et des missions qui nous sont confiées par l’INHA. Chaque CER est associé à un service ou à un programme de recherche – l’établissement en compte une trentaine – auquel il contribue. Mon collègue Euan Wall, par exemple, enquête sur la piste des objets dessinés au milieu du XIXe siècle par Jean-Baptiste Muret et participe ainsi au Digital Muret, programme dirigé par Cécile Colonna. Justine Gain, quant à elle, collabore à l’édition numérique des papiers du sculpteur animalier Barye, projet qui occupe plusieurs membres de l’équipe scientifique de l’INHA. Marion Loiseau, Marjolaine Massé et Nicolas Varaine ont rédigé des notices pour l’ontologie du christianisme médiéval en images, un programme porté par Isabelle Marchesin. 

De mon côté, en raison de mon profil très marqué Humanités numériques, j’ai rejoint le tout nouveau Service numérique de la Recherche (anciennement connu sous le nom de Cellule d’ingénierie documentaire) dirigé par Antoine Courtin. 

Le service numérique de la recherche 

Le rôle du service numérique de la recherche au sein de l’INHA est d’accompagner les différents programmes de recherche sur leurs aspects documentaires et numériques. Dans le cas du Digital Muret, cité plus haut, le service a piloté la réalisation du site sous OmekaS. A l’échelle de l’établissement, le service gère Agorha, la base de données qui fédère les productions de la plupart des programmes de recherche menés au sein de l’établissement depuis 20 ans. 

Mais le Service numérique de la recherche a aussi un rôle d’accompagnement et de conseil aux chercheurs sur les questions numériques, et de prospection quant aux formes d’exploitation possible des données en histoire de l’art. 

Le service est composé de 8 membres : Antoine Courtin, le chef de service, Pierre-Yves Laborde, Federico Nurra, Michèle Galdemar, chargés de ressources documentaires et numériques, Jean-Christophe Carius, ingénieur de recherche,  Alice Truc et Camille Smadja, monitrices étudiantes et moi-même. 

Je travaille deux jours et demi par semaine pour le service. Mes missions sont assez variées : rapport sur la formation au numérique en histoire de l’art, rédaction d’un mode d’emploi technique pour le Digital Muret avec mon collègue Federico Nurra, participation aux réflexions en cours concernant la refonte d’Agorha et l’éditorialisation des données…. Je collabore aussi avec Martine Denoyelle sur la poursuite du programme Images/Usages sur le droit des images et leurs usages, notamment en histoire de l’art. 

Mon bureau à l’INHA : je venais juste de commencer à le décorer avec ma collection d’affiches d’expo d’estampes.

Outre ma participation aux activités du service, je profite beaucoup de ma présence au sein de l’équipe pour faire grandir mes compétences en numérique. Je bénéficie de la veille très complète d’Antoine Courtin en matière d’Humanités numérique, des astuces et conseils de mon collègue Federico pour améliorer ma base de données et mon site OmekaS. C’est un environnement de travail très stimulant ! J’en ai un peu parlé dans l’article que j’ai co-écrit avec Antoine Coutin pour le Quotidien de l’Art sur “la manière dont la recherche en sciences humaines et sociales se transforme avec l’apport des possibilités offertes par les technologies numériques”.

Participation aux activités scientifiques de l’INHA 

Stimulant, c’est bien le mot pour qualifier mon expérience de CER à l’INHA. En tant que jeunes chercheurs et membres à part entière de l’équipe scientifique, nous sommes invités à participer aux activités de l’Institut, en externe, mais aussi en interne. Une fois par mois, l’atelier de l’INHA invite l’ensemble des équipes, tant de la bibliothèque que du département de la recherche à découvrir des programmes de recherche, des expériences en cours ou des projets de lauréats de bourses INHA. Au fil des rendez-vous, les différents membres du personnel, mais aussi les boursiers et les chercheurs invités sont ainsi conviés à présenter soit un programme de recherche mené au sein de l’institut soit une recherche personnelle. L’occasion de découvrir ce que font les collègues au quotidien et d’avoir un aperçu de leurs sujets d’études, mais aussi de tisser des liens entre nos travaux. 

Par ailleurs, les CER sont encouragés à s’investir dans les différentes manifestations de l’INHA. Ainsi, pour le Festival d’Histoire de l’Art – qui est reporté à juin 2021 – nous avons concocté collectivement un programme d’échanges avec les jeunes chercheurs. 

Dans le cadre d’un partenariat avec le Quotidien de l’art, nous présentons au sein de la rubrique mensuelle Têtes Chercheuses notre point de vue de jeune chercheur sur un programme mené par l’INHA. J’ai évoqué ma contribution un peu plus haut, et je vous invite à découvrir celles de mes collègues : « Les colorants textiles : des teintures naturelles aux colorants de synthèse » par Mecthilde Ariau, « Le « Répertoire des acteurs du marché de l’art en France sous l’Occupation » : un outil précieux pour la recherche » par Pauline D’Abrigeon ou encore « La Biennale de Paris : une nouvelle histoire artistique, culturelle et socio-politique des années 1959-1985 » par Aurore Buffetault.

Autre exemple de contribution aux manifestations de l’Institut, plusieurs d’entre nous ont présentés leurs recherches dans le cadre du cycle de conférences Trésors de Richelieu coorganisé par la BNF, l’INHA et l’Ecole des Chartes. Avec Anne-Elisabeth Buxtorf, directrice de la bibliothèque, nous avons donné la dernière conférence avant le confinement, sur les Vues d’optique de la bibliothèque, que vous pouvez revoir sur YouTube. Mes collègues Morgan Belzic et Juliette Robain devaient parler ce 28 avril d’un ouvrage illustré sur la cité des morts libyenne. Leur conférence a été reportée à une nouvelle date qui sera communiquée ultérieurement.

Le stage à la bibliothèque de l’INHA

Tous les chargés d’études et de recherche, font, au cours des 4 ans que dure leur contrat, un stage d’environ un mois et demi à la bibliothèque de l’INHA, avec un double objectif : mettre leurs compétences spécifiques au service de la bibliothèque et découvrir les métiers d’une bibliothèque universitaire et patrimoniale. Ma collègue Claire Dupin, par exemple, a réalisé un inventaire des catalogues des biennales et autres expositions récurrentes dans les fonds de la bibliothèque et a proposé un nouveau plan de classement. Son stage a donné lieu à un billet sur le blog de la bibliothèque, Sous les coupoles, et à une intervention en séminaire, que l’on peut visionner en ligne.

Le magasin central de la Bibliothèque de l’INHA.

Pour ma part, mon stage commençait ce 10 mars… Autant vous dire que je n’en ai guère profité, à ma grande déception, car le programme était alléchant. Il faut avouer que je suis très chanceuse : les missions qui m’incombent sont intimement liées à mon sujet de thèse, à savoir : inventorier un lot de vues d’optique récemment acquises par la bibliothèque ; rédiger un petit rapport sur le fonds de vues d’optique, ses points forts, son historique ; préparer leur numérisation… Ma frustration de voir mon stage interrompu est très grande. D’autant que je retrouvais avec plaisir la bibliothèque où j’ai travaillé pendant un an comme monitrice étudiante puis vacataire à la fin de mes études, en 2014. Chose amusante : on m’avait attribué exactement le même bureau ! J’espère que mon stage pourra faire partie des tâches reportées post-confinement, même si je télétravaille un petit peu sur certaines des missions qui m’avaient été confiées… 

La vue sur la rue de Richelieu depuis les bureaux de la bibliothèque. A droite, c’est l’Ecole des Chartes.

Et ta thèse dans tout ça ? 

Et ta thèse, elle avance ? (question préférée des proches, avec une augmentation des occurrences depuis le début du confinement). Oui, elle avance ! C’est désormais plus facile pour moi de m’y consacrer car je dispose de deux jours et demi en semaine pour cela, auquel s’ajoute généralement une partie du week-end et de mes soirées. Les premiers mois, j’ai peiné à trouver mon rythme, mon cadre de travail étant tout nouveau. Depuis quelques semaines, j’avais trouvé mon allure de croisière, mais c’était sans compter le confinement qui rebat une nouvelle fois les cartes. 

Trois choses, par rapport à la thèse, ont radicalement changé depuis mon arrivée à l’INHA. La première est ma disponibilité nouvelle pour des déplacements de recherche. Auparavant, je ne disposais que de mes vacances d’été et d’une ou deux semaines au fil de l’année pour aller consulter des collections et des archives à l’étranger. Désormais, je dispose de plus de latitude pour programmer des séjours de recherche. Ainsi, j’ai pu me rendre à Bruxelles et Liège en octobre dernier, à Padoue et Milan en janvier et à Anvers et Bruxelles en février. Deux de ces séjours ont été financés par mon laboratoire de recherche, le LARHRA, que je remercie. Deux autres séjours, en Allemagne et aux Pays-Bas étaient programmés pour mai et juin, mais il est de plus en plus évident que je vais devoir y renoncer… 

Le second changement concerne mon rapport avec mon laboratoire et mon université de rattachement, que je fréquente plus assidûment qu’auparavant grâce à l’aide financière de l’INHA. En effet, l’Institut national d’Histoire de l’Art prend en charge les allers-retours de ses chargés d’études et de recherche inscrits dans des universités non-parisiennes vers celles-ci4 . Ainsi, j’ai pu assister à l’évaluation HCERES de mon laboratoire et j’aurais du suivre, tout au long du semestre, le séminaire ARTIS, organisé par Laurent Baridon et par ma directrice de thèse, Sophie Raux. Cette aide est très précieuse car elle permet de maintenir le lien avec le laboratoire d’origine. Aussi je bénéficie autant de la dynamique des équipes du LARHRA que de celle de l’INHA. Deux environnements extrêmement stimulants. 

Vue sur Lyon depuis les bureaux du LARHRA, au centre Bertherlot

C’est là le dernier point que je veux évoquer concernant les évolutions de mon cadre de recherche. A l’INHA, je côtoie au quotidien d’autres chercheurs, ingénieurs, documentalistes, qui travaillent sur des objets et avec des méthodes très diverses. Cela amène sans cesse à re-questionner ses propres pratiques, choix, objets, à ouvrir de nouvelles perspectives ou à tisser les liens inattendus. Une expérience très éloignée de la relative solitude de ma première année de thèse. 

A Lyon comme à Paris, je bénéficie de la dynamique de groupe des jeunes chercheurs. Ainsi, à l’INHA, les Chargés d’études forment une équipe assez soudée. Nous échangeons quotidiennement, nous nous entraidons beaucoup, notamment sur les aspects méthodologiques. Le carnet de recherche, que coordonnent mes collègues Justine Gain et Camille Ambrosino, aspire à en être le reflet. N’hésitez pas à vous y abonner. 

Voilà rapidement brossé mon nouvel environnement de travail. Les questions, notamment de futurs candidats au contrat doctorat, sont bienvenues. Dans le prochain billet, on entre dans le coeur de mes recherches !

  1. Cette année le concours est donc ouvert à ceux et celles qui se sont inscrits ou vont s’inscrire entre le 1er avril 2019 et le 30 septembre 2020 []
  2. les CER ne sont pas uniquement recrutés dans la mention « Histoire de l’art : certains d’entre nous sont inscrits en Histoire, en Philosophie, etc. L’important est d’avoir pour objet l’Histoire de l’art []
  3. Nous avons également un compte Instagram et un compte Twitter []
  4. Par ailleurs, pour les non-franciliens, la location à l’année d’une chambre à la Cité universitaire de Paris est facilitée []

Johanna Daniel

Doctorante au LARHRA (Lyon 2) et chargée d'études et de recherche à l'Institut national d'Histoire de l'Art (Paris), rattachée au Service numérique de la recherche. Historienne de l'estampe, consacrant sa thèse aux vues d'optique dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.