Isidore, mon assistant de recherche personnel

Il y a quelques années, j’avais présenté Isidore, le moteur de recherche des Sciences Humaines sur ce blog – il s’agissait d’ailleurs de l’un de mes premiers billets. Depuis, cet outil formidable s’est transformé, et mes usages de ce service aussi. 

Plutôt que de mettre à jour mon billet de 2015 (qui s’intéressait surtout aux aspects techniques), j’ai décidé d’exposer l’usage que j’ai d’Isidore et les services qu’il me rend dans mon quotidien de doctorante.1

Isidore, un moteur de recherche spécialisé pour les SHS 

Une page d’accueil sobre, une simple barre de saisie : Isidore ressemble beaucoup, de prime abord, au plus célèbre des moteurs de recherche. Il a cependant de nombreuses spécificités qui l’en distinguent : tout d’abord, Isidore ne cherche pas dans tout le web, mais dans un certain nombre de sites identifiés comme pourvoyeurs de contenus utiles aux SHS. Il s’agit par exemple des grandes plateformes de revues en ligne (Open Edition Journals, Cairn, Persée, Erudit…), des dépots d’archives ouvertes (HAL, TEL, Dumas), des bibliothèques numériques (Gallica pour ne citer qu’elle). Sont aussi indexés les contenus des carnets Hypothèses ou encore les annonces parues dans Calenda. Isidore brasse large, et pas que dans le domaine francophone : il couvre aussi le monde de la recherche anglophone et hispanophone. Le point commun de toutes ces ressources ? Elles sont en Open Access

Page d’accueil d’Isidore

Mais quel intérêt d’utiliser Isidore pour la recherche quand Google moissonne déjà bien tous ces sites ou que l’on a déjà ses petites habitudes d’exploration de Cairn ou de Gallica ? Isidore offre des services supplémentaires, et notamment une indexation sémantique enrichie. Quand il a accès à la ressource en plein texte (dans le cas d’un article disponible en Open Access par exemple), Isidore en analyse le contenu pour affiner son indexation, en lui associant un certain nombre de mots-clés. La recherche par sujet en devient plus performante. Par ailleurs, Isidore utilise cette indexation pour suggérer d’autres ressources en relation (même auteur, sujet proche). 

Surtout, le moteur de recherche offre tout un arsenal de filtres qui vous permettent de progressivement restreindre le périmètre d’une recherche, à un type de document, à une discipline, à une période de publication ou encore dans une collection particulière. 

Quelques-uns des filtres de recherche proposés par Isidore

Si la requête que vous avez en tête est très précise, vous pouvez utiliser la très discrète “recherche avancée” qui permet de formuler en quelques clics une demande très pointue. 

L’interface de recherche avancée d’Isidore

Voilà pourquoi je préfère souvent utiliser Isidore plutôt que les moteurs de recherche interne d’un bon nombre de plateformes que je fréquente. Si cela vous a déjà convaincu, la suite va vous étonner ! 

Isidore, mon assistant de recherche personnalisé

Avez vous remarqué, sur la page d’accueil, le slogan d’Isidore : “Votre assistant de recherche en Sciences Humaines et Sociales” ? 

En effet, Isidore rend tout un tas de petits services qui font de lui un véritable assistant. 

Les pages auteurs 

Le premier de ses services – et de loin mon préféré -, ce sont les pages “auteurs” qu’il propose. En un coup d’oeil, elles offrent un aperçu de toutes les ressources publiées par la personne (et disponibles en ligne), avec quelques visualisations assez pratiques pour situer tel ou tel auteur : dans quelles disciplines il publie, avec quels co-auteurs, sur quel support (revue, carnet de recherche, etc.). Il est possible d’isoler ses publications indexées sous un mot-clé particulier… Bref, de quoi éplucher rapidement une bibliographie ! 

Une page auteur, ici celle de Charlotte Guichard. Sur le volet de gauche, des données statistiques sur les contenus référencés.

Attention cependant à quelques biais de l’outil. Les données d’analyse présentes dans le volet droit doivent être prises avec des pincettes. Par exemple, il arrive fréquemment qu’apparaissent comme co-auteurs les différents contributeurs à la rubrique “compte-rendu d’ouvrages” d’une revue, ou encore les différents intervenants d’un colloque qui aurait été édité en ouvrage collectif. 

De même, la présence pour un auteur d’un très grand nombre de billets de blog peut s’expliquer par son rôle de rédacteur en chef d’un carnet collectif relayant fréquemment des annonces (colloque, appel à communication, etc). Les annonces republiées sur le carnet lui sont alors attribués, causant parfois des confusions sur le domaine de spécialité du chercheur et noyant ses véritables contributions dans un “bruit” massif2

Se méfier également des statistiques de publication par année, car certaines ressources parues sur plusieurs plateformes, peuvent être comptées en double voire en triple. Prenons l’exemple d’un colloque, dont les interventions auront été captées et postées sur Canal-U, puis publiées en version écrite sur Open Edition Books et dont le préprint aura été déposé par l’auteur sur HAL : le contenu, sous ses variantes, sera compté trois fois3 .

Enfin, et c’est le plus important, il faut toujours avoir en tête qu’Isidore n’indexe que les ressources disponibles en ligne et en Open Access4 . Un ouvrage imprimé, sans version numérique (sur Open Edition Books par exemple), ne sera pas pris en compte. 

La visualisation proposée par Isidore reste néanmoins extrêmement intéressante pour situer un chercheur ou une chercheuse dans un champ d’étude, une dynamique (l’Open Access par exemple) ou encore dans un réseau. 

L’onglet « parle de » l’auteur sélectionné.

Les fiches auteurs contiennent également une rubrique “parle de cet auteur”. On y retrouve toutes les ressources qui mentionnent cette personne, ce qui peut s’avérer utile pour, par exemple, identifier sa responsabilité dans l’organisation d’un colloque, sa participation à une journée d’étude, ou encore prendre connaissance d’une recension dont aurait fait l’objet l’un de ses ouvrages. Isidore effectue cette indexation via une recherche plein texte dans les ressources, ce qui lui permet de repérer toutes les occurrences de « nom prénom » ou « prénom nom » (d’où, parfois, quelques erreurs en cas d’homonymie)

A travers les citations apparaissent aussi, en filigrane, les réseaux intellectuels. 

Les fiches “document”

Une fois un document intéressant repéré, on peut ouvrir sa fiche, qui comporte toutes les métadonnées moissonnées par Isidore, un résumé et l’aperçu de la ressource. En cliquant sur cette image, on accède à la ressource dans son contexte de publication. 

Une ressource dans Isidore. En cliquant sur l’image, on accède au contenu dans son environnement de publication.

La fiche Isidore du document présente plusieurs intérêts. Elle met en avant les identifiants du document (ISBN, DOI) pas toujours évidents à trouver sur les ressources ciblées. Elle propose aussi des mots-clés de sujets proches, parfois inspirants pour faire rebondir la recherche quand on sèche un peu sur les termes à requêter. Enfin, elle suggère d’autres documents produits par le même auteur, sur le même sujet ou dans la même discipline. 

Les suggestions basés sur l’auteur, la discipline ou le sujet. On y fait parfois de belles trouvailles !

Attention à deux pièges cependant : dans la rubrique “citer ce document”, l’URL renvoie à la fiche Isidore et non à la ressource ciblée. 

De même, je déconseille d’ajouter la ressource à Zotero depuis Isidore, les métadonnées bibliographiques étant souvent moins précises que si elles sont récupérées directement depuis la ressource dans son contexte de publication.

La même ressource (un chapitre d’ouvrage) importée depuis Isidore et depuis OpenEdition Books. La première est plus sommaire et pointe vers Isidore, tandis que la seconde est plus précise et surtout, reconnait bien le document comme un chapitre.

Trucs et astuces d’Isidore : trouver des recensions d’ouvrages 

J’utilise beaucoup Isidore pour une tâche très précise : l’identification de recensions d’ouvrage. En effet, Isidore est très efficace pour cet exercice : il suffit de chercher la fiche de l’auteur de l’ouvrage, puis de cliquer sur les ressources qui “parlent de cet auteur” et enfin de sélectionner le type de document “recension”. S’il y en a trop (comme c’est le cas, par exemple, pour Michel Pastoureau), il sera plus aisé de s’orienter parmi les résultats en utilisant le classement par date croissante/décroissante. 

Exemple de recherche de recensions, ici à propos de Daniel Arasse : se rendre sur sa fiche auteur, puis sélectionner « parle de » et enfin « recensions »

L’exemple de Michel Pastoureau montre les limites de l’outil : des recensions d’autres ouvrages, dans lesquels les travaux de Michel Pastoureau ont été cités, remontent également. Cela s’explique par le mécanisme de repérage des ressources « parle de », qui cherche dans le plein texte les occurrences « nom prénom » et « prénom nom ». Il suffit alors qu’un chercheur ou une chercheuse soit cité dans le corps du texte et que la ressources soit une recension pour qu’elle apparaisse comme recension à propos de l’auteur… Ce qui n’est pas qu’un défaut, car cela permet aussi de découvrir, par ce biais, de nouveaux ouvrages possiblement pertinent sur un thème précis de recherche. Ainsi, dans la capture ci-dessous, s’ils n’ont pas tous été écrits par Pastoureau, tous les ouvrages commentés portent logiquement sur des objets travaillés par l’historien : les animaux, la couleur…

Les recensions référencées comme « parlant de » Pastoureau.

Créer un compte personnel sur Isidore, pourquoi faire ? 

Adopté, l’assistant de recherche ? Il est temps de pérenniser la relation par la création d’un compte personnel sur Isidore. 

Un assistant de veille

Le compte personnel présente de nombreuses fonctionnalités supplémentaires. Pour moi, la plus précieuse est de pouvoir s’abonner à des auteurs et être notifié de toutes leurs nouvelles publications référencées

Les auteurs que je suis. Notez le profil un peu différent de Caroline Muller : elle a un profil personnel et valide la pertinence des références qui s’affichent. Notez aussi qu’Isidore me signale une nouvelle publication d’un de mes auteur suivis, Damien Petermann
Présentation, en page d’accueil, des dernières publications référencées des auteurs que je suis.

Il est également possible d’enregistrer des requêtes pour les rejouer à la demande et être notifié, chaque mois, des nouvelles ressources référencées répondant à ces critères. Mieux vaut alors être très précis afin de ne pas se trouver submergé. 

Un aide mémoire

Une fois connecté, Isidore conserve l’historique de toutes les requêtes formulées, ce qui peut être assez pratique pour retrouver un document aperçu. Enfin, il est possible de se constituer une bibliothèque de “favoris”. Je n’utilise personnellement pas cette fonctionnalité, qui fait chez moi double usage avec Zotero ! 

Un assistant de gestion de ses propres publications

Lorsque l’on dispose d’un compte sur Isidore, on peut gérer sa propre fiche auteur, et notamment valider ou réfuter une publication (en cas d’erreur d’attribution par exemple). Il apparaît parfois des erreurs au niveau du service producteur des métadonnées (j’ai longtemps été un homme pour la BnF par exemple), qu’il est ainsi plus facile de signaler pour qu’elles soient corrigées. 

Ma page privée sur Isidore : je peux – ou non – valider l’apparition dans mon profil public d’une ressource qui a été indexée comme rédigée par moi

J’utilise aussi la fonctionnalité “parle de” de ma propre fiche auteur pour repérer des citations de mon travail, car en toute logique, les travaux qui me citent portent sur des sujets qui m’intéressent ! 

Malgré toutes ses qualités et les services qu’il rend, Isidore reste un outil méconnu de nombreux chercheurs et étudiants en SHS : n’hésitez pas à le faire connaître en en parlant autour de vous ! 

Je remercie l’équipe d’Isidore qui a bien voulu répondre à mes questions techniques alors que je préparais ce billet.

  1. Je suis ici la voie de Caroline Muller, qui avait déjà partagé, en 2018, un retour d’expérience d’Isidore []
  2. il appartient alors à l’auteur de faire le « ménage » dans son profil personnel, en revendiquant ou réfutant un contenu []
  3. ce qui n’est pas erroné car ces trois ressources ne sont pas exactement similaires []
  4. sont également indexées les ressources signalées sur HAL, même si le document n’a pas été versé []

Johanna Daniel

Doctorante au LARHRA (Lyon 2) et chargée d'études et de recherche à l'Institut national d'Histoire de l'Art (Paris), rattachée au Service numérique de la recherche. Historienne de l'estampe, consacrant sa thèse aux vues d'optique dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.