Sur les traces de Jean George, montreur d’optique à Agen en 1833

21 septembre 1833 : Jean George se présente avec sa femme en mairie d’Agen pour faire viser son passeport. Il a 35 ans et mesure 1m60. Son visage est ovale, le front bas. Une barbe clairsemée mange son menton rond. Ses cheveux sont châtains, ses yeux petits et roux. Il a le teint pâle. Il gagne sa vie en « faisant voir un spectacle d’optique » déclare-t-il à l’agent qui vise son passeport.

Nicolas Marie Joseph Chapuy, Agen, dessin, première moitié du XIXe siècle, BnF/Gallica, collection Destailleur.

Le passage de ce montreur d’optique, c’est Roger Gonin qui l’a identifié dans les registres de visas de passeports aux archives municipales d’Agen. Comme moi, Roger Gonin dépouille les fonds de police du XIXe siècle à la recherche des musiciens, chanteurs, magiciens, funambules, montreurs d’ours ou de chiens savants ambulants1. Dans ses relevés agenais, Jean George apparaît à quatre reprises entre 1833 et 1835, accompagné de sa femme. Une seule fois, le préposé de mairie a pris le soin de noter sur son registre le nom de l’épouse : Jeanne Viallard. Une information très précieuse : rares sont les compagnes à ne pas rester dans l’anonymat.

Enregistrement du passage de Jean George dans le registre des visas d’Agen, 1833, numérisation fournie par les Archives municipales d’Agen, 2I27.

Avec un lieu de naissance (La Ségalassière, dans le Cantal), un âge (possiblement approximatif) et le nom d’une épouse, Jean George est l’un des individus les mieux renseignés parmi la centaine de montreurs d’optique que j’ai recensés depuis six mois. C’était donc le candidat idéal pour m’atteler à ce chantier d’écriture de biographies de montreurs d’optique. Et lorsque je me suis lancée, j’étais loin de m’imaginer les rebondissements qui m’attendaient.

Pour ceux qui nous rejoignent, une petite remise en contexte : depuis mars et le premier confinement, je mène une enquête sur les montreurs d’optique aux XVIIIe et XIXe siècles. Le terme désigne des hommes qui gagnent leur vie en faisant voir des petits spectacles constitués d’images enfermées dans des caisses (appelées boîte d’optique). Quelles images ? C’est là toute la question : je suppose qu’il s’agit de vues d’optique, des estampes spécialement conçues pour être regardées à travers une lentille, lentille qui déforme l’image et donne au spectateur l’impression d’une profondeur renforcée. Les vues d’optique figurent le plus souvent des vues de villes ou de palais, mais peuvent aussi représenter des événements historiques ou encore des sujets bibliques. Ma thèse est précisément consacrée aux vues d’optique et il s’agit pour moi d’éclairer leur consommation.

Gravure anglaise du XIXe siècle figurant un montreur d’optique itinérant, un ancien soldat estropié, qui porte sa boîte d’optique sur le dos.

Retour aux sources : sur les traces d’un enfant abandonné à l’hospice

Revenons donc à Jean George, exhumé des archives d’Agen par Roger Gonin. J’ai assez d’informations pour espérer identifier l’individu dans les fonds d’État civil : né vers 1798, à La Ségalassière dans le Cantal et marié avant ses 35 ans avec une certaine Jeanne Viallard. Seul bémol : un patronyme très courant, George, mais à l’échelle d’un petit village du Cantal, cela ne devrait pas poser de difficulté particulière. Mon premier réflexe, lorsque je fais des recherches biographiques, est d’aller sur Geneanet pour vérifier qu’un individu correspondant n’est pas référencé. « Jean Georges + La Segalassière » : aucun résultat. Aurais-je plus de chance avec sa femme ? Rien non plus à Jeanne Viallard. J’élargis aux variantes du nom et … bingo.

J’utilise beaucoup Geneanet pour mes recherches sur les montreurs d’optique, mais aussi les éditeurs d’estampes. Les dépouillements d’archives menées par les associations, mais aussi les arbres mis en ligne par des généalogistes m’entraînent régulièrement sur de fructueuses pistes.

Jeanne Vialard (avec un seul L) épouse en 1821 un Jean Georges Géraud… Géraud ? Voilà qui est étrange. Peut-il s’agir du même individu ? Il va falloir creuser…

Acte de mariage du 3 mars 1821, état civil de La Ségalassière, registre des mariages (an IX-1906), Archives du Cantal, 5 Mi 411/2

Commençons par regarder de plus près l’acte de mariage de Jean George Géraud et Jeanne Vialard, numérisé sur le site des Archives du Cantal : « sont comparus en la maison commune, Jean-George-Geraud, mineur, fils de parens inconnus, suivant son acte de naissance ou d’exposition inscrit sur le registre de la commune d’Aurillac le trois floréal an dix ». Voilà qui pourrait expliquer pourquoi Jean George se fait connaître, douze ans plus tard, uniquement sous son prénom, sans le nom de famille. Mais d’autres éléments semblent diverger : le 3 floréal an 10 correspond au 23 avril 1802 et non à 1798, et le lieu de « naissance » (enfin, de déclaration) est Aurillac, et non La Ségalassière. Tente kilomètres séparent les deux communes. Ce n’est pas peu. Peut-être l’acte de naissance m’éclairera un peu plus ?

Victor Levasseur, A.M. Perrot et Raimond Bonheur, Département du Cantal, édité par A. Combette, 1854, lithographie, Gallica/BnF (détail annoté)

Toujours sur le site des Archives du Cantal, je compulse le registre des naissances d’Aurillac : vue 325, entrée 189, voilà Jean George Géraud. C’est un acte d’exposition et non de naissance, l’enfant ayant été abandonné à l’hospice : « Du trois floréal an dix de la République française acte d’exposition de Jean George Geraud, enfant naturel paraissant être âgé d’environ deux mois, et exposé hier à huit heures du soir à l’hospice civil de cette commune, attesté par le citoyen Pierre Fonrouge (?) et Louis Apéchin (?) Majeurs domicilés de cette ville sur la Réquistition de nous faite par le citoyen François Charmes Receveur ? du dit hospice, et ont signé à l’exception du dit Fontouge. »

Acte d’exposition du 3 floréal an X, état civil d’Aurillac, registre des naissances (an VIII – an X), Archives départementales du Cantal, 5 Mi 33/3

Jean George a été déposé anonymement à l’hospice alors qu’il avait environ 2 mois. Le parent qui l’a abandonné a-t-il glissé dans ses vêtements un billet permettant d’identifier l’enfant, avec peut-être son nom de naissance ?

À vrai dire, ce qui me chiffonne, c’est ce nom de famille « Géraud » : d’où sort-il ? Lorsque l’on trouve un enfant, la coutume veut qu’on lui donne comme nom de famille le nom du saint du jour ou bien le prénom de son découvreur. Quelques recherches sur le patronyme Géraud m’apprennent qu’il existe un saint Géraud, patron d’Aurillac… Ceci expliquerait cela. Il est cependant fêté le 13 octobre. D’ailleurs, en feuilletant les registres de naissance d’Aurillac, toujours en 1802, je trouve un autre enfant naturel, exposé à l’hospice d’Aurillac le 13 octobre justement. En février 1800, un petit garçon se trouve dans la même situation : on le prénomme Jean-Baptiste Géraud. D’autres enfants exposés à la même période ne reçoivent en revanche pas de patronyme.

Hospice_Aurillac.png
L’hospice d’Aurillac où Jean George a été exposé. Le bâtiment n’existe plus aujourd’hui. Photographie de 1970, Archives départementales du Cantal, 41 Fi 617

Lorsqu’il se marie en 1821, Jean-George a un tuteur, François Lavialle, cultivateur à La Ségalassière : depuis combien de temps y vit-il ? Qu’est-ce qui a pu l’amener là ? Comment a-t-il rencontré Jeanne Vialard ? Ce n’est pas la première fois que je travaille sur un enfant exposé à l’hospice et je sais combien leur histoire peut se révéler rocambolesque. Les archives de l’hospice, si elles ont été conservées, pourraient m’apporter bien des réponses : a-t-il été placé en nourrice à La Segalassière ? Puis, une fois atteint l’âge de 7 ou 8 ans, comme petit domestique, peut-être auprès de François Lavialle… Il faudrait aussi regarder, aux archives départementales, les documents produits par la Justice de Paix, qui a réuni le « conseil de famille » pour déclarer Lavialle tuteur. Mais pour cela il faudrait se rendre dans le Cantal, et nous sommes (malheureusement) confinés2

Dep_Cantal.jpeg
Victor Levasseur, A.M. Perrot et Raimond Bonheur, Département du Cantal, édité par A. Combette, 1854, lithographie, Gallica/BnF

Comment confondre Jean George et Jean-Georges Géraud ?

À ce stade, je ne suis même pas sûre qu’il s’agisse du même homme : le Jean-George Géraud qui épouse Jeanne Vialard à La Ségalassière en 1821 est cultivateur. Étoffons leur biographie, cela apportera peut-être des éléments intéressants. Retour sur Geneanet : je tente une recherche sur le nom de Jean-George Géraud en restreignant les résultats au Cantal seul.

Page de résultats sur Généanet. L’abonnement au service permet des recherches croisées assez fines sur les individus.

Bingo ! Il apparaît dans deux arbres de généalogistes. Deux informations, trouvées par Yves Boissarie m’interpellent : d’abord, il qualifie Jean George de marchand, ensuite il donne comme épouse à Jean-George une femme du nom de Louise Para ! Le mariage a lieu en 1868, Jean George devait donc être veuf à cette date. En effet, en naviguant un peu dans l’arbre j’apprends que Jeanne Vialard est décédée le 8 novembre 1868 à l’hospice de Montignac.

Jean-Georges Géraud apparaît dans l’arbre mis en ligne par un utilisateur, Yves Boissarie. Les éléments qu’il partage me font gagner un temps précieux.

Direction donc les archives numérisées de la Dordogne pour trouver cet acte de décès : Jeanne Viallard est effectivement décédée à l’hospice à l’âge de 70 ans. Elle était alors marchande d’objets religieux, sans domicile fixe, épouse de Jean Georges… Jean Georges, Jean Georges tout seul ? Ah non, Géraud a été ajouté dans la marge. C’est quand même étrange, ça, ce repentir.

1868_Vialard_Deces copie.jpg
Acte de décès de Jeanne Vialard, État civil de Montignac, registre des décès (1868) Archives départementales de Dordogne, 5 E 286/20

A bien lire l’acte, on relève que Jean George n’est pas présent : ce sont Jean-Pierre Savy, le portier de l’hospice, accompagné du marguillier Gabriel Parouty qui déclarent le décès. Ils ne doivent connaître Jean George que sous ce nom, et le patronyme leur est probablement revenu dans un second temps. De même, le lieu de naissance de Jeanne leur est imparfaitement connu : ils la déclarent originaire de Saint-Mamet dans le Cantal et non de La Ségalassière (11 km séparent les deux communes).

En 1868, Jean George est donc sans domicile fixe, et probablement marchand ambulant. Il omet une fois sur deux de donner son nom de famille. Je trouve que cela fait de plus en plus d’éléments concordants avec le Jean George montreur d’optique à Agen en 1833.

Le dernier indice permettant de confondre les deux comme un seul et même individu va me venir des archives d’Agen, à qui j’avais demandé des numérisations des registres de visas où apparaissait Jean Georges. Outre les quatre passages déjà identifiés entre 1833 et 1835 par Roger Gonin, les archivistes ont relevé des enregistrements en juillet 1830, mars 1831, décembre 1837 et 1839. Selon les dates Jean George se déclare marchand de fil de fer, de chansons ou de chapelets… tiens donc, des chapelets, ce sont des objets religieux !

Enregistrement du passage de Jean Georges à Agen, en 1830, où il se présente comme marchand de chapelet. Numérisation fournie par les Archives municipales d’Agen, 2I25.

Je considère donc comme acté que Jean George et Jean Georges Géraud ne sont qu’un seul homme. On verra si la suite de mes recherches me contredit.

Un mariage tardif

Mais avant de m’intéresser aux déplacements de Jean George comme marchand de tout et de rien (et montreur d’optique, ne l’oublions pas), j’ai envie de poursuivre la piste de ce remariage en 1868 : Jeanne décède à 70 ans début novembre… et Jean se remarie… fin décembre !

Êtes-vous bien assis ? Car je dois vous révéler l’âge de la mariée : 21 ans !

Acte de mariage de Jean Georges Géraud avec Louise Para, Etat civil de Montignac, registre des mariages de 1868, Archives départementales de la Dordogne, 5 E 286/20.

L’état civil est formel : le 28 décembre, Géraud, « âgé de 66 ans, marchand d’objets religieux, né à Aurillac, sans domicile fixe (…) fils majeur de père et mère inconnus ; veuf en premières noces de Jeanne Vialard » épouse « Louise Para, âgée de vingt-un ans et huit mois, sans profession ». Elle est orpheline de père depuis trois ans. Sa mère, Sophie Chaumel, est présente et consent au mariage.

Qu’est-ce qui a pu conduire à ce mariage si dépareillé, avec un homme âgé et d’une condition peu enviable (marchand ambulant !) ? La misère ? L’absence de perspectives matrimoniales ? Une « faute » ? Et si la jeune épouse était enceinte (de Jean George ou d’un autre, qu’importe) ? Cela expliquerait aisément un mariage dans l’urgence, ça s’est déjà vu.

Par acquit de conscience, j’épluche les registres de naissance de Montignac. Je relève qu’un enfant naturel est né début mars d’une Marie Parat âgée de 21 ans, vivant rue Pay. Certes, le prénom ne correspond pas, mais l’adresse oui. Pour qui a un peu l’habitude de l’état civil du XIXe siècle, il est fréquent que les prénoms d’un individu varient selon les circonstances. Je garde cette information dans un coin de ma tête, elle nous mènera peut-être quelque part.

Filae à la rescousse

Dans quelle direction chercher désormais ? Trouver des enfants ? L’acte de décès de Jean Georges ? Geneanet semble m’avoir livré tout ce qu’il savait de l’individu et de ses deux épouses. Les variations d’orthographe de leurs noms respectifs me découragent d’aller à la pêche aux enfants dans les relevés indexés sur Geneanet. De toute façon, leur vie est itinérante et s’il y a eu enfant, ils ont pu naître n’importe où. C’est bien toute la difficulté de travailler sur des professions ambulantes.

J’en discute un peu avec Sophie Boudarel, généalogiste professionnelle : Filae pourrait-il m’offrir des pistes nouvelles ? Je n’ai jamais utilisé ce service (payant) et je n’arrive pas à évaluer si un abonnement serait pertinent pour mes recherches. Sophie tente pour moi une requête avec le nom de Géraud sur l’État-Civil de Montignac. Deux résultats positifs, deux décès : un Léon Géraud en 1873 et une Marie Géraud en 1880 (notre Louise ?). Et avec seulement « Jean George », un acte décès daté de 1874…

Autant vous dire que je n’ai pas attendu très longtemps pour souscrire un abonnement d’essai à Filae !

La fin d’une vie itinérante

J’ai commencé par regarder l’acte de décès de Jean George : il est dressé le 29 avril 1874 à la déclaration de Jean Langre, pensionnaire de l’hospice de Montignac… L’hospice de Montignac ! Jean George est donc décédé au même endroit que sa première épouse. D’ailleurs, comme pour sa première épouse, c’est Saint-Mamet qui est indiqué comme lieu de naissance. Trois communes de naissance pour un seul homme, cela commence à faire beaucoup.

Acte de décès de Jean Georges Géraud, État civil de Montignac, registre des décès de 1874, Archives départementales de Dordogne, 5 E 286/21

Les archives des hospices, devenus hôpitaux, sont souvent conservées : on les trouve généralement déposées aux archives départementales. Les registres d’admission peuvent apporter des informations intéressantes pour enrichir une biographie. Après m’être assurée dans les instruments de recherche que celles de l’hospice de Montignac se trouvaient bien aux Archives de Dordogne, j’ai adressé au service une demande de recherche à distance : quelques jours plus tard, je reçois une réponse positive, qui m’apprend que Jean George (tout court !), marchand de chapelets, né à Saint-Faisière, canton de Saint-Mamet (décidément !) et époux de Marie Parat est entré à l’hospice le 10 avril 1871. Trois ans à l’hospice comme indigent (et probablement malade) avant de mourir, comme cela me paraît long. Où est alors sa jeune épouse ?

Hospice_Montignac_2_Pere_Igor.jpeg
Hospice_Montignac.jpeg

L’hôpital Saint-Jean et le couvent des Clarisses à Montignac en Dordogne, où Jean Georges et sa première épouse sont décédés. Photographie CC-BY-SA Père Igor, via Wikicommons.

Je jette maintenant un coup d’œil au décès de Léon Géraud : serait-il un membre de la famille, un enfant, peut-être ? En effet, c’est un enfant de deux ans qui meurt le 13 février 1873, chez sa mère Marie (!) Parat, rue Foy. Le père est Jean-George Géraud, « indigent à l’hospice de Montignac ».

Acte de décès de Léon Géraud, État civil de Montignac, registre des décès, Archives départementales de Dordogne, 5 E 286/21

Voilà qui me livre beaucoup d’informations : d’abord, que Marie et Louise ne forment bien qu’une seule et même personne. Louise doit être le prénom de baptême et Marie le prénom d’usage. Ensuite, qu’une fois Jean-George entré à l’hospice, Marie/Louise est retournée vivre chez sa propre mère, avec son bébé, né à Niort, probablement au début de l’année 1871. Il n’a pas dû s’écouler très longtemps entre la naissance de l’enfant et l’admission du père à l’hospice.

Pour vérifier cette assertion, direction les archives en ligne des Deux-Sèvres : dans l’état civil de Niort, je trouve effectivement une naissance, le 19 février 1871, d’un petit Paul (ils n’ont pas le goût de garder un prénom unique dans cette famille !) né de Louise Para et « Georges Géraud, marchand d’objets religieux », dans leur logement de la rue Saint-Hilaire, au n°28. La déclaration est faite par une certaine Anna Para, 27 ans, domiciliée à la même adresse.

Acte de naissance de Paul (Léon) Géraud, État civil de Niort, Archives départementales des Deux-Sèvres

Qui est cette Anna ? Des recherches complémentaires m’apporteront la réponse : il s’agit bien de la grande sœur de Marie/Louise. Tailleuse pour Dame, elle s’installera à Rouen où elle fera un « beau mariage » avec le comptable de l’hôtel-Dieu… qui se soldera par un décès après sept ans de vie commune.

Je note les moins de deux mois écoulés entre la naissance de Paul/Léon à Niort et le retour à Montignac. Il y a 180 kilomètres entre les deux villes. Jean George, Louise/Marie et le bébé (s’ils ont voyagé ensemble) ont dû les parcourir à pied…

Quotidien d’un marchand ambulant et montreur d’optique

Aussi haletante qu’elle soit, cette petite enquête sur la véritable identité de Jean George m’a éloignée de l’objectif premier de ma recherche : documenter la vie d’un montreur d’optique itinérant. Revoyons les éléments rassemblés : né de parents inconnus, Jean-George Géraud est cultivateur lors de son mariage en 1821. Moins de 10 ans plus tard, on le croise à Agen avec sa femme comme marchand ambulant : il apparaît dans les archives comme « sans domicile fixe ». Le registre des visas d’Agen l’enregistre à 6 reprises entre 1830 et 1839, sous diverses professions (marchand de chansons, de fil de fer, de chapelets, montreurs d’optique). On le retrouve ensuite, trente ans plus tard, entre la Dordogne et les Deux-Sèvres, où il est toujours marchand ambulant d’objets religieux et de chapelets, jusqu’à son admission à l’hospice, en 1871.

La variété des mentions de ses activités marchandes m’interpelle particulièrement : chansons, chapelets, fil de fer, objets religieux… On y lit une économie modeste, probablement dictée par les fournisseurs rencontrés ou les fonds disponibles dans la bourse de Géraud pour acheter sa marchandise. Il ne se fait montreur d’optique que l’espace de deux années : où a-t-il obtenu sa caisse d’optique ? Qu’y montrait-il ? Impossible de répondre à ces questions. En revanche, je peux faire un rapprochement avec ce que j’ai lu par ailleurs dans les archives : des montreurs d’optique décrivant successivement à la police de Marseille le même type de boîtes et de spectacles, l’un d’eux expliquant avoir obtenu sa caisse « d’un troc ». Agnès Curel me suggérait, dans une discussion que nous avons eue en amont du colloque Représentation(s) que mes montreurs avaient pu s’échanger leurs attractions, abandonnant un spectacle optique lorsque celui-ci avait épuisé la curiosité du public de leur tournée habituelle pour le remplacer par un autre divertissement. Est-ce ce qui s’est passé pour Jean Georges ? À moins qu’il ne les ait exercés simultanément, mais que l’une ait pris, à l’instant de la déclaration devant l’agent, la part majeure. J’aimerais d’ailleurs arriver à comprendre, de ses activités successives, laquelle était la plus lucrative : j’imagine qu’on gagnait moins à vendre des chansons que des objets religieux. Mais montrer l’optique était-il plus ou moins rémunérateur que de vendre du fil de fer ?

Anonyme, Montreur de vue d’optique, estampe, XIXe siècle, Bruxelles, Musée royal d’art et d’histoire.

Nous évoquions les « tournées » des professions ambulantes. Le cas de Jean George est intéressant, car je lui connais, grâce aux archives d’Agen, 34 points de passage en 10 ans, dont 19 précisément datés. En effet, la mairie d’Agen tenait avec beaucoup de rigueur son registre des visas de passeports, enregistrant non seulement l’identité et la description physique des individus, mais aussi le lieu, la date et le numéro de délivrance du passeport présenté, la destination déclarée à cette occasion, le lieu du dernier visa et la destination prévue après Agen.

Essai de cartographie des déplacements de Jean Georges Géraud à partir des archives retrouvées.

C’est ainsi que l’on découvre une certaine régularité dans les déplacements de Géraud : dix passages à Agen (dont la moitié en décembre et en janvier), cinq à Libourne, trois à Nérac (village limitrophe d’Agen). Parmi les destinations qu’il déclare, on relève Angoulême, Brives, Perpignan, Rochefort, Tarbes, Toulouse. Même si je n’ai retrouvé aucun de ses passeports périmés, les enregistrements agenois aident à se représenter le rythme de ses tournées.

Nicolas Marie Joseph Chapuy, Agen, dessin, première moitié du XIXe siècle, BnF/Gallica, collection Destailleur.

Surtout, les informations contenues dans les registres (dates et lieux) permettent d’espérer retrouver d’autres enregistrements des déplacements de Géraud. J’ai écrit aux archives de Nérac, Libourne, avec l’espoir que d’autres séries de passeports soient conservées, malheureusement sans succès. Les états hebdomadaires des passeports délivrés et visés remontés à la préfecture non pas non plus été conservés.

Géraud ayant vécu assez longtemps dans la seconde moitié du XIXe siècle, il a connu la mise en place des livrets de circulation pour les professions ambulantes réglementées. Comme pour le passeport qu’ils tendent à remplacer, les porteurs de livrets devaient les faire viser à chaque étape de leur tournée. Géraud a lui-même dû posséder un de ces carnets et avec un peu de chance l’un d’eux a survécu et m’attend dans une boîte d’archives… Mais où chercher ? Dans les Deux-Sèvres, en Dordogne, dans le Cantal ? Pour l’instant toutes mes demandes me reviennent négatives (rien au nom de Géraud ni de George), mais peut-être aurais-je un jour une bonne surprise !

Exemple de livret de circulation de “saltimbanque”, Archives départementales de Touraine, 4 M 558.

Conclusion (provisoire) : de la difficulté d’écrire la vie des montreurs d’optique

Tout ça pour ça ? Eh oui, j’ai déjà enquêté sur une vingtaine de montreurs d’optique et souvent au terme de l’enquête j’aboutis au même résultat inachevé : des bribes de vies, avec de nombreux trous béants, questions sans réponses. Mais c’est cela la recherche aussi : les archives qui nous livrent dans le détail une existence sont rares et exceptionnelles. Souvent, il faut, comme je le fais actuellement, accumuler de minces fragments de vie, qui remis en contexte, comparés les uns aux autres, finissent pas dire quelque chose de la réalité sociale et matérielle de la catégorie de population que l’on souhaite étudier. 

Et pour moi qui aime tant les enquêtes sur les individus dans les archives, cela me donne beaucoup de satisfaction de naviguer de registres d’actes en registres d’actes, de rebondir sur un infime indice, de confirmer (ou d’infirmer) une hypothèse. C’est mon moment détente entre deux plages de saisies dans la base de données de mon corpus de thèse

  1. Roger Gonin a identifié plus de 4500 individus dans 25 fonds d’archives à travers la France []
  2. cet article a été rédigé pendant le second confinement []

Johanna Daniel

Doctorante au LARHRA (Lyon 2) et chargée d'études et de recherche à l'Institut national d'Histoire de l'Art (Paris), rattachée au Service numérique de la recherche. Historienne de l'estampe, consacrant sa thèse aux vues d'optique dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search