Ressources en ligne autour de l’histoire de l’estampe en France au XIXe siècle (1) : panorama typologique

Chargée de travaux pratiques en histoire de l’estampe1, il faut, cette année, accompagner les étudiants dans des « études confinées » sans accès aux bibliothèques ni aux collections patrimoniales. J’ai donc rassemblé, pour compenser la bibliographie à laquelle ils ne peuvent plus accéder, un ensemble de ressources en ligne utiles à compléter leurs cours magistraux2. Je partage sur mon carnet ces ressources, initialement publiées sur le Moodle de la formation et ici enrichies de nombreuses remarques et contenus supplémentaires.

Paul Mathey, Félicien Rops dans son atelier, 1888, Versailles, Musée d’Histoire de France.

Ce premier billet propose un panorama des ressources disponibles, par typologie et sites web. La seconde partie (billet suivant) est thématique : il s’agit de la « webographie » fournie aux étudiants à mesure des séances.

Note : ces deux billets seront enrichis au fil de l’année universitaire. Les chiffres de numérisations indiqués ont été relevés en novembre 2020.

Corpus d’estampes numérisées en HD

Étudier l’estampe nécessite un long temps de « formation de l’œil » pour apprendre à reconnaître les techniques, apprécier la qualité du papier, la fraîcheur d’une épreuve, la délicatesse d’un tirage, savoir distinguer un tirage d’époque d’un retirage tardif. La numérisation massive des collections patrimoniales permet d’accéder à un grand nombre de très beaux tirages, dans lesquels il est possible de zoomer. Si cela ne remplace pas le contact direct aux œuvres, la numérisation permet d’embrasser en quelques clics la production d’un artiste (rappelons que les estampes, fragiles, sont peu exposées dans les musées) mais également d’apprécier les techniques mises en œuvre dans la création d’une estampe.

Zoom au maximum sur Les glaneuses, eau-forte de Millet dans Gallica.

Sur Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF et de ses partenaires, une page de sélections consacrée à « l’estampe après 1800 » permet de s’orienter facilement dans la richesse des fonds. Chaque entrée lance une requête pré-programmée dans Gallica sur l’artiste sélectionné. Attention, ne sortent alors souvent que les images conservées à la Bibliothèque nationale de France et non chez ses partenaires (comme l’INHA). Sont généralement également exclus les livres : il faudra donc modifier la requête par vous-même pour les trouver parmi les 6 millions de documents proposés sur Gallica.

Chaque entrée est accompagnée d’une courte présentation de l’artiste, dans laquelle sont mises en valeurs quelques productions majeures. Ces présentations peuvent aussi offrir des liens vers des ressources tierces complémentaires (exposition virtuelle, catalogue raisonné numérisé, etc.)

Notice « Gustave Doré » dans la page séléctions de Gallica

Parmi les artistes majeurs de l’estampe au XIXe siècle qui font l’objet d’une sélection, citons : Francisco de Goya, Gustave Doré, Charles Meryon, Jean-François Millet, Camille Pissarro, Odilon Redon, Félix Vallotton ou encore Jacques McNeill Whistler. Les sélections consacrées à Jules Chéret, Alphonse Mucha et Henri de Toulouse-Lautrec sont accessibles via la page sélection « Affichistes ». Notons enfin que d’autres artistes sont présents dans Gallica sans faire l’objet d’une sélection.

Requête pré-enregistrée sur l’œuvre de Toulouse-Lautrec dans Gallica.

De la même façon, la bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) propose, sur sa bibliothèque numérique, des entrées par artistes. Notons en particulier la présence de Pierre Bonnard, Félix Buhot, Mary Cassatt, Camille Corot, Edgar Degas, Paul Gauguin, Francisco de Goya, Edouard Manet, Jean-François Millet, Camille Pissarro, Odilon Redon, Henri de Toulouse-Lautrec et Félix Vallotton.

Requêtes pré-enregistrées pour naviguer dans le corpus des estampes de la Bibliothèque numérique de l’INHA

On trouvera également plusieurs dizaines de milliers d’estampes XIXe numérisées sur site des collections de Paris-Musée. Malheureusement, le moteur de recherche, peu maniable, et le temps de chargement des pages rendent difficile la navigation dans ce pourtant superbe corpus d’œuvres mises à disposition pour une large partie d’entre elles en CC0 (libre réutilisation, domaine public).

À l’étranger, on pourra consulter de nombreux sites de musées. J’ai créé des requêtes pré-enregistrées auxquelles vous pouvez accéder en cliquant sur les liens :

Filtre de recherche sur les « personnes et organisations » qui permet non seulement de chercher par artiste, mais aussi par éditeur (Goupil, Auber), imprimeur (Lemercier, Delâtre, etc.)
  • Je trouve la recherche sur les collections numérisées de la New-York Public Library plus difficile, mais on peut avoir de bonnes surprise en tapant le nom d’un artiste dans le moteur de recherche. Ici plus de 800 résultats sur le nom de Félix Bracquemond et 300 pour Félix Buhot
  • Sur le site du Musée de Cleveland, 4865 estampes du XIXe siècle avec un affichage très agréable qui envie de « scroller » pendant des heures
Présentation des résultats sur le site du Cleveland Museum of Art.

Impossible ici, de citer tous les portails de collections, bibliothèques numériques et autres sites web qui proposent des numérisations. J’ai essayé de privilégier les sites qui proposent de la Haute Définition (HD) car des numérisations de basse définition sont de peu d’utilité en histoire de l’estampe : une image pixelisée ne permet ni de lire la lettre, ni d’apprécier les détails de la composition ou la technique du graveur. Par ailleurs, j’ai écarté les sites qui dégradent les images avec d’horribles filigranes ou qui interdisent le téléchargement et la réutilisation des images par les internautes. Enfin, j’ai pris en compte l’ergonomie du moteur de recherche, car elle est essentielle pour travailler efficacement.

Signalons enfin qu’énormément d’estampes numérisées ont été versées sur WikiCommons : on y accède facilement directement depuis la page Wikipédia des artistes concernés.

Cherchez l’encadré « Sur les autres projets Wikimédia » dans la page de l’artiste. Un lien similaire se trouve généralement dans la colonne gauche, juste au dessus de l’entrée « Dans d’autres langues »

Lire sur l’estampe au XIXe siècle

Instruments de travail et publications anciennes

La fermeture des bibliothèques ne signifie pas qu’il n’est plus du tout possible d’accéder aux livres. Les ouvrages entrés dans le domaine public (parce que leur auteur est décédé depuis plus de 70 ans) peuvent avoir été numérisé et mis en ligne. C’est le cas de quelques grandes sommes de l’histoire de l’estampe du XIXe siècle. Ainsi, vous pouvez consulter sur Gallica Les graveurs du XIXe siècle de Beraldi (13 tomes, publiés de 1885 à 1892) et Le peintre graveur illustré (XIXe-XXe) de Delteil (32 volumes, publiés de 1906 à 1930). Sur les différentes bibliothèques numériques (et notamment Archive.org) on trouvera relativement facilement les monographies anciennes consacrées à tel ou tel artiste (grosso-modo, tout ce qui a été publié avant 1920, plus aléatoire ensuite, les auteurs n’étant pas toujours dans le domaine public). Je détaillerai quelques titres dans le second article.

L’exemplaire numérisé des Graveurs du XIXe siècle d’Henri Beraldi disponible sur Gallica est un uniquat : il s’agit de l’exemplaire personnel de Félix Buhot, truffé de gravures originales des artistes décrits et de lettres manuscrites échangées avec les différents acteurs du monde de l’estampe. Ces lettres ont fourni une partie de la matière des notices.

Dans un souci de faciliter la recherche, la BnF a mis en ligne un autre instrument de recherche précieux : L’inventaire du fonds français, c’est à dire l’inventaire des collections d’estampes françaises conservées par la Bibliothèque nationale de France. Il est organisé par siècle et par ordre alphabétique d’artistes. Pour le XIXe siècle, il existe 13 tomes traitant les artistes de Laure Abbema au caricaturiste Lys. Aujourd’hui, la publication de l’inventaire ne fait plus l’objet de publication papier mais est directement mise en ligne sur le catalogue en ligne de la BnF.

Dans L’inventaire du fonds français, chaque artiste fait l’objet d’un courte notice, qui précède la liste de ses œuvres conservées au département des estampes de la BnF. L’OCRisation des volumes permet la recherche plein texte (volet de gauche)

La littérature scientifique en Open Access

Sur internet, il est possible de consulter librement et gratuitement des articles d’ouvrages, chapitre de livres, mais aussi des actes de colloques publiés en Open Access par leurs éditeurs ou bien déposé sur une Archives Ouvertes par l’auteur. Ces contenus sont bien entendu protégé par le droit d’auteur, mais il n’est simplement pas nécessaire de payer pour les lire.

En France, la grande plateforme d’édition en Open Access est OpenEdition sur laquelle on trouve – entre autre – des livres et des revues. Principale ressource à consulter : la revue Nouvelles de l’estampe dont tous les numéros de 2010 à 2020 sont librement accessibles sur la plateforme (les numéros antérieurs ne sont pas numérisés à ce jour). Quant aux livres, il faudra fouiller dans le catalogue. Soulignons la présence de plusieurs catalogues de l’INHA, dont un consacré aux estampes d’Émile Bernard.

La revue Nouvelles de l’Estampe sur Open Edition Journals.

Sur d’autres plateformes, comme Persée, sont consultables d’anciennes revues qui ont été numérisées. S’y trouve par exemple la Revue de l’art, qui contient quelques articles sur l’estampe (ici, sur Grandville par Ph. Kaenel).

Certaines des ressources publiées sur ces différentes plateformes ne sont pas en Open Access : il faut disposer d’un abonnement pour les consulter. C’est le cas pour de les articles de Print Quarterly, la grande revue anglaise consacrée à l’estampe dont les anciens numéros sont numérisés sur Jstor. Les bibliothèques universitaires sont généralement abonnées à ces titres : il suffit alors, pour les lecteurs de passer par le portail de la BU, en étant connecté à son compte d’usagers. Une inscription à la bibliothèque de l’INHA, par exemple, vous donnera accès à toutes les principales revues d’art et d’archéologies proposées sur les différentes plateformes (Jstor, Persée, OpenEdition).

Comment s’orienter dans cette offre pléthorique ? Le moteur de recherche Isidore, auquel j’ai consacré un article pourra vous être d’une grande aide pour rapidement trouver tous les contenus en Open Access d’un auteur ou sur un sujet précis. Attention, Print Quarterly n’est pas moissonné par Isidore.

Les travaux de Philippe Kaenel (spécialiste de la caricature et de l’illustration au XIXe, entre autres) disponible en Open Access sur les différentes plateformes moissonnées par Isidore.

Les expositions en ligne

Les ressources publiés à l’occasion d’expositions peuvent être particulièrement riches pour compléter un cours. On regardera :

  • Les expositions virtuelles proposées par la Bibliothèque nationale de France (Daumier, Bresdin, Gustave Doré), le Metropolitan Museum ou encore les bibliothèques municipales (celle de Nancy sur Grandville, par exemple)
  • Les dossiers de presse et dossiers pédagogiques des expositions passées, souvent riches : textes de salles, parcours, œuvres principales, explications très claires voire ludiques. On les trouvera généralement sur les sites des musées qui ont accueilli les expositions.
Page d’accueil de la très riche exposition virtuelle Daumier, qui a accompagné l’exposition « physique » proposée par la BnF en 2008.

Enfin, certaines institutions valorisent leurs expositions passées dont les catalogues sont épuisés par la numérisation et la mise en ligne de ces derniers en Open Access. C’est notamment le cas du Metropolitan Museum (exemple : sur l’œuvre graphique de Bonnard, ou encore sur l’influence de la gravure japonaise l’estampe française). L’INHA fait de même sur OpenEditionBooks.

Blogs et autres sites web

Les blogs institutionnels, académiques ou d’amateurs peuvent également fournir d’intéressantes lectures. En français, je citerai le blog de Gallica, celui de la bibliothèque de l’INHA, intitulé Sous les Coupoles ainsi qu’Epitome, le carnet de la Bibliothèque Stanislas de Nancy où l’on trouvera de nombreux billets sur l’estampe.

Capture d’écran d’un article du blog Sous les coupoles. Toujours liés aux collections conservés par la bibliothèque, les billets permettent à la fois de découvrir un artiste et l’histoire d’un fonds.

J’ai moi-même alimenté un blog avec plus d’une cinquantaine d’articles sur l’estampe. Enfin, je recommande le site de la galerie d’estampes de Sarah Sauvin, qui offre des notices d’œuvres très riches, et des numérisations HD des estampes proposées à la vente. Pour le XIXe, il faudra consulter la rubrique « estampes modernes » et « archives ».

Ce panorama n’est évidemment pas exhaustif. N’hésitez pas à l’enrichir par vos propres propositions en commentaires.

  1. option de spécialité à l’École du Louvre []
  2. Le cours magistral est assuré par Valérie Sueur-Hermel, conservatrice au département des estampes de la Bibliothèque nationale de France []

Johanna Daniel

Doctorante au LARHRA (Lyon 2) et chargée d'études et de recherche à l'Institut national d'Histoire de l'Art (Paris), rattachée au Service numérique de la recherche. Historienne de l'estampe, consacrant sa thèse aux vues d'optique dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 03/01/2021

    […] & Ganesh – Johanna Daniel a publié sur son carnet de recherche un billet consacré aux Ressources en ligne autour de l’histoire de l’estampe en France au XIXe siècle (1) : panorama t…. #estampe #numérisation #OpenGLAM #histoire des […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search