[Replay] « Un océan d’images : établir un catalogue raisonné d’estampes à l’ère du numérique » – DHNord2019, 18 octobre 2019

Du 16 au 18 octobre 2019, j’ai participé au colloque DHNord (Lille, France) dont l’édition 2019 était consacrée aux « Corpus et archives numériques ». Le programme est accessible en ligne, avec le résumé de chaque intervention et un lien vers la captation vidéo.

J’intervenais pour ma part dans la session « Les corpus d’images » modérée par Laurence Favier (université de Lille) que vous pouvez réécouter ci-dessous.

Nous étions trois intervenants (dans l’ordre des communications – résumés accessibles en cliquant sur les liens) :

Ma communication portait sur mon expérience de construction de mon corpus outillé de thèse, qui a fait l’objet, sur le présent carnet de plusieurs billets.

Résumé de ma proposition de communication :

En s’appuyant sur une expérience en cours – la constitution d’un catalogue raisonné numérique de plusieurs milliers d’estampes dans le cadre d’une thèse – cette communication portera sur les interactions entre les historiens de l’art et les institutions patrimoniales détentrices du matériau mobilisé dans le cadre de la recherche. La mise en ligne des collections patrimoniales permet aujourd’hui une récupération et un traitement automatisés d’importantes quantités de données et d’images numérisées.
Bien que s’inscrivant dans une démarche de recherche scientifique, ces nouvelles façons de constituer un corpus à l’aide d’outils numériques peuvent susciter des inquiétudes chez les agents des institutions propriétaires des originaux (« avez-vous le droit de récupérer nos données ? », « qu’allez-vous faire de nos images ? »). Des blocages peuvent alors survenir compliquant un traitement computationnel du matériau.
Pour le chercheur, travailler à partir de données produites par des professionnels de l’information (ici en bibliothèques et en musées) nécessite de connaître et de comprendre leurs pratiques métiers spécifiques, parfois éloignées de celles du monde universitaire. Comment travailler ensemble sur un matériau commun à l’heure du numérique ? Comment concilier des pratiques métiers parfois divergentes ? Comment rendre interopérables les données produites et enrichies de part et d’autre ? La communication esquissera quelques pistes possibles.

Les actes du colloque sont en cours de publication.

Lors de ce colloque, les organisateurs nous avaient fait une très belle surprise en invitant Adèle Huguet a réaliser, en direct, des dessins en lien avec les interventions. C’était très impressionnant de la voir saisir, avec beaucoup de finesse, un aspect de nos communications pour la traduire en dessin, tout en continuant à nous écouter. Et la touche d’humour de chacune de ses productions a beaucoup contribué à la convivialité du colloque. L’intégralité de ses dessins est consultable en ligne (sous licence CC BY-NC-ND) et j’espère que nous aurons l’occasion de les retrouver dans la publication finale des actes.

CC BY-NC-ND Adèle Huguet
CC BY-NC-ND Adèle Huguet

Note : ce billet, rédigé en novembre 2020, a été antidaté au moment de sa publication au 20 octobre 2019 pour apparaître au bon endroit dans la présentation chronologique des billets de ce carnet.


Johanna Daniel

Doctorante au LARHRA (Lyon 2) et chargée d'études et de recherche à l'Institut national d'Histoire de l'Art (Paris), rattachée au Service numérique de la recherche. Historienne de l'estampe, consacrant sa thèse aux vues d'optique dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search