[Journal de thèse] Les prémices d’un plan.

Avertissement : ce billet a été rédigé fin avril 2021, et je l’ai oublié dans un coin. A la faveur de mon grand rangement estival, je le publie. Les notes de bas de page sont des compléments ajoutés en juillet 2021.

Ce samedi 24 avril était un jour à marquer d’une pierre blanche dans mon parcours personnel de doctorat. En une heure, assise au soleil d’un jardin public parisien, j’ai jeté sur le papier la première ébauche d’un plan pour ma thèse.

Je rédige ce billet pour me rappeler ce moment de bascule, qui m’a apporté beaucoup de satisfaction, mais aussi pour donner à voir, à ceux qui ne vivent pas personnellement ce marathon de la thèse, ce que signifie cette étape du plan. En effet, alors que je suis au milieu (théorique) de mon parcours doctoral, certains de mes proches (coucou maman !) s’inquiétaient beaucoup que je ne sois pas déjà « en train de rédiger ». D’autre part, parler de la joie d’esquisser un plan sur Twitter a suscité des réactions intéressée et curieuses d’amis qui évoluent hors de l’ESR et qui se posaient tout un tas de questions sur l’expérience du doctorat (à quel moment on a un plan ?, Est-ce qu’on rédige « dans l’ordre » ?, comment on sait si on est en retard ?, est-ce qu’il faut avoir fini de chercher pour écrire ?). Je propose donc ici de répondre à quelques unes de ces questions, à l’aune de ma petite expérience personnelle, d’autant que je sais que cela intéressera peut-être des candidats au doctorat. Il s’agit d’un retour d’expérience, lié à mon propre parcours : le récit que je vais faire diffère probablement de celui de bien d’autres doctorants, et c’est normal : je n’irais pas jusqu’à écrire qu’il y a autant de parcours doctoraux que de doctorants, mais il y a une typologie de cheminements bien différents.

Du « programme de recherche » au « plan de thèse »

Un plan ? Si tard ? je crois que c’est la première réaction que j’ai reçu à l’annonce de la « bonne nouvelle ». En effet, je suis bientôt au milieu de mon parcours doctoral (ou plutôt : de mon financement de thèse), et l’arrivée du plan pourrait sembler tardive. Mais qu’ai-je fais au cours des 28 mois précédents ? Ai-je travaillé sans direction ? sans objectif ? sans plan ?

Zacharias Webber, dessin pour la page de titre de page de titre pour l’Atlas Contractus de page de titre pour Johannes Janssonius van Waesberge, vers 1661-1666, Rijksmuseum

Il faut ici distinguer les différentes typologies de « plans » qui marquent l’expérience doctorale. Lorsqu’on s’inscrit en doctorat, et plus encore lorsque l’on candidate à des financements, il faut présenter un « projet de thèse », qui explicite l’objet que l’on va étudier, un embryon de problématique (ou du moins, des questions auxquelles on espère répondre), des axes de recherche, les sources que l’on compte mobiliser. Selon que le doctorant inscrit son projet de thèse dans la continuité de son master ou non, il développera plus ou moins chaque aspects. Dans mon cas, je connaissais bien mon objet, pour avoir été co-commissaire d’une exposition dans laquelle la vue d’optique occupait une grande place. En revanche, je n’avais pas de problématique, mais une collection de questions, qui sont devenues au fil des mois, une problématique (qui n’est pas encore arrêtée !). J’avais déjà trois grands axes de recherches, et j’étais en mesure de dresser un panorama de mes sources – à l’époque c’était essentiellement les œuvres elles-mêmes. Le point fort de mon projet de thèse était, je crois, mon approche, assez originale : je proposais de mobiliser des outils numériques pour explorer un corpus de plusieurs milliers d’images. Depuis, à mesure de mes explorations d’archives, de mes lectures et rencontres, mes axes de recherches se sont considérablement enrichis. J’explore des pistes que je ne soupçonnais pas lorsque j’ai rédigé mon projet de recherche : la matérialité des œuvres pour éclairer les usages, ou encore la figure du montreur d’optique, pour laquelle j’ai « découvert » de nombreuses sources archivistiques1 . A contrario, j’ai complètement abandonné certaines pistes, me rendant compte que le dépouillement était infaisable : je m’étais par exemple mise en tête de consulter systématiquement les inventaires après décès du minutier central à la recherche des zograscopes et vues d’optique dans les maisons parisiennes. C’était bien méconnaître l’épaisseur de tels documents et l’écriture plus ou moins soigneuses des notaires. Autant chercher une aiguille dans une botte de foin.

Ce document, ce « projet de thèse » contenait, de fait, un « programme de recherche » : qu’allais-je chercher, où, comment, avec quels outils méthodologiques. Cela fait un « plan de travail », mais pas un « plan de thèse » au sens d’une table des matières qui figurera dans le volume de texte le jour du rendu de la thèse.

Ce plan de travail, je l’ai suivi pendant 28 mois. Je suis satisfaite des sources que j’ai pu rassembler, des questions nouvelles que j’ai pu formuler, des observations que j’ai consignées dans mon carnet de terrain. En revanche, j’étais plus inquiète concernant deux autre aspects du travail de recherche : ma difficulté à concevoir une problématique2 et, d’autre part, mon manque de recul concernant mon objet de recherche. Mes travaux apporteront, je le crois, de nombreuses nouvelles connaissances sur la vue d’optique, sa production et ses usages. Mais comment dépasser mon objet et l’inscrire dans son contexte ? En quoi mes découvertes sur la vue d’optique peuvent intéresser l’histoire culturelle de l’époque moderne ? En d’autres termes, comment faire raisonner ma recherche avec celles menées par d’autres sur d’autres objets proches (histoire des biens culturels, du spectacle marginal ou de la culture visuelle, par exemple) ? Comment tisser des liens entre mes travaux et ceux des autres chercheurs et chercheuses ?

Au cours de l’année 2020-2021, j’ai ressenti, plusieurs fois, que je « passais un cap », il y a eu des conversations, des séminaires, des lectures qui m’ont « débloquée », soit que j’ai compris quelque chose de l’exercice de recherche, de la méthode, soit que j’ai constaté (ou que l’on m’a fait observer) que mon objet avait « muri » et que les « pièces du puzzle prenaient sens ». Il serait difficile, et inutile de les citer tous. Je crois que c’est Caroline Muller, la première qui m’a dit, à la terrasse d’un café « tu en parles avec de plus en plus d’aisance, tu sembles entrer dans cette phase fabuleuse de la thèse où tout ce que tu as accumulé prend forme ». Elle n’avait pas tord. Restait que j’avais du mal à lier mon objet et mes observations à d’autres. Plusieurs lectures ont été, dans cette quête, importantes, d’abord parce que j’ai, au fil des pages, réussi à tisser « naturellement des liens » entre l’objet de l’ouvrage et mes propres recherches : un mécanisme similaire, un phénomène commun, ou encore des outils méthodologiques et cadre conceptuel que je pouvais appliquer à mes propres sources.

Je cheminais donc tranquillement, avec dans le viseur l’échéance que je m’étais fixée de rendre un plan à mes directeurs de thèse en juin 2021. Je ne cache pas que l’inquiétude me gagnait devant l’ampleur de la tâche – j’ai eu la chance d’assister à deux séances de travail sur le plan d’une de mes camarades doctorantes du LARHRA, et cela a été aussi instructif qu’intimidant puisque c’est à cette occasion que j’ai véritabelement mesuré l’ampleur de la tache.

Le déclencheur a finalement été « malgré moi ». Pour compléter un dossier de candidature a une bourse3 , je devais rédigé une « présentation de la thèse » : j’ai repris le projet de thèse rédigé fin 2018, au moment de mon inscription et l’ai réécrit pour l’actualiser. Les questions et pistes de recherche devenaient des affirmations : en mobilisant telle source, j’espère répondre à telle question devenait le dépouillement de tel gisement de source permet d’établir que. Une manière de mesurer le chemin parcouru.

Dans la foulée, j’ai donc jeté sur le papier mon plan de thèse, un samedi ensolleilé.

Ce à quoi ressemble ma première esquisse

Disons le d’emblée : mon plan a pour l’instant plus l’aspect d’un premier croquis général qu’un carton à grandeur d’exécution, pour faire dans la métaphore artistique. Pour preuve, il tient en deux pages quand un plan détaillé de thèse peut s’étaler sur 50, 60, 70 pages. Pire : il n’est même pas encore dans l’ordre !

Je ne vais pas ici vous parler de son contenu – ce n’est pas l’objet de ce billet – mais plutôt de comment il est venu.

J’avais en tête plusieurs « entitées », c’est-à-dire plusieurs groupes d’idées formant chacune un ensemble cohérent, qui se formaliseront probablement en chapitres. J’ai pris autant de feuilles de papier que ces « entités » et j’ai déroulé la pelote d’idées sur le papier. De quoi cela va parler ? Quel est le thème principal ? A quelles questions est-ce que je veux répondre ? Quelles sont les idées fortes ? Quelles sources vais-je ici mobiliser ? En moins d’une heure, j’avais griffoné ainsi 8 pages : 6 probables futurs chapitres correspondant à deux de mes trois axes de recherche, un septième faisant écho mais qui ne trouvait de place logique parmi les précédents, et enfin un 8e bloc un peu fourre-tout se confondant avec mon troisième axe de recherche, auquel je ne parviens pour l’instant à dégager aucune cohérence interne (c’est, du reste, assez logique, car c’est l’axe que j’ai le moins exploré jusqu’à présent).

J’ai laissé reposer quelques heures et j’ai repris mes 8 pages de brouillon à l’ordinateur, sous la forme d’un tableau à 4 colonnes : thème général du « chapitre », axes ou questions auxquelles j’entends répondre, idées principales, sources et biblio à mobiliser.

Image
L’ébauche de mon plan de thèse, sous forme de tableur

J’ai par la suite rajouté deux colonnes supplémentaires : l’une sur le « ton » que j’entendais donner à chaque chapitre. Ce n’est pas le cas pour tous, mais j’ai parfois déjà une petite idée du fil narratif que je veux suivre pour raconter et mettre en forme mes résultats. Là j’aimerai une vision panoramique, ailleurs je voudrais construire le récit autour d’un cas d’étude précis et tirer ensuites les fils de la narration. Rien n’est définitif, mais cela me permet de garder trâce des possibles de l’écriture. La dernière colonne, enfin, donnait l’état d’avancement : pour écrire ce chapitre, il faut encore dépouiller tel gisement de sources, lire sur tel sujet ; pour tel autre, en revanche, j’ai rassemblé assez de matériaux pour me lancer.

Image

L’esquisse de plan m’est alors apparue comme une boussole pour les mois à venir. C’est à partir de cette esquisse, encore embryonnaire en bien des points, que je vais établir mon calendrier de travail et mes priorités pour les 18 mois à venir.

Quand commencer à écrire ?

Alors, tu es prête ? Tu commences à rédiger bientôt? Voici la question qui est venue ensuite. Enfin, les questions, car une amie hors ESR m’a demandé de nombreuses précisions : à quel moment on commence à rédiger ? Est-ce qu’il faut avoir un plan arrêté ? Détaillé ? Fini ses recherches ? La réponse dépend beaucoup des profils des doctorants. Si je n’ai pas commencé à « rédiger ma thèse », j’écris beaucoup, et depuis le tout début. Je tiens un « journal de terrain » qui occupe 4 Mo sur mon disque dur (c’est du Markdown, donc ultra léger). J’y jette des idées en vracs, des notes diverses. J’ai également mes fiches de lecture, stockées quand à elles dans Zotero. Enfin, j’ai synthétisé, tous les 6 mois environ (quoique 2020 a été chaotique de ce point de vue), l’avancée de mes recherches à destination de mes directeurs. Il faut aussi citer les communications et articles, qui sont autant d’occasion de mise par écrit du travail en cours.

Suis-je prête à me mettre à la « vraie rédaction », celle du tapuscrit de thèse ? Oui ! En rédigeant la première esquisse de plan, j’ai constaté que j’étais mûre pour me lancer dans l’écriture d’au moins deux chapitres, pour lesquels j’ai rassemblé et analysé assez de matériaux. Je ne vais pas pour autant me mettre à les écrire dès demain : déjà parce qu’il faut que j’affine mon plan, que j’en soumette une première version à ma direction. Des discussions que nous menerons résulteront assurément des changements majeurs.

Aujourd’hui par exemple, mes entités « chapitres » n’ont pas d’ordre : j’hésite sur la façon de faire entrer le lecteur dans mon objet, d’introduire mon sujet, ma problématique. Plusieurs options sont possibles : c’est à force d’échanges avec mes pairs, avec mes directeurs, et de lectures, d’essais et de ratures que je trouverais celle qui me convient le mieux.

F.N. Bédigisn L’Art d’écrire : démontré par des principes approdondis, et développés dans toute leur étendue, 1768, Gallica/BnF.

L’ordre des chapitres n’est cependant pas un frein à la mise en écriture, pas plus que ne l’est la disparité du niveau de détail de chacun d’eux. Beaucoup de doctorants travaillent leur thèse par morceaux, qu’ils assemblent, démontent, remontent à mesure de l’écriture. Remettre son plan sur la table de travail à diverses phases de la recherche est un processus normal et généralement positif.

Dans mon cas, j’envisage de commencer l’écriture à l’automne (j’ai plusieurs textes pour des publications à rendre d’ici l’été) et je me suis fixée d’autres échéances plus urgentes (soumettre mon plan à ma direction, finaliser ma base de données, effectuer des terrains de recherche dans 3 musées). Enfin, je pense que les vacances estivales offriront une coupure bienvenue et me permetteront de venir à l’écriture avec le recul du repos.

La phase de rédaction s’étalera forcément sur de longs mois : d’une part parce que c’est comme cela que je l’ai envisagé (lire et écrire concomitamment) et d’autre part parce que la crise sanitaire a perturbé mon programme de recherche initial, m’interdisant d’effectuer les séjours de recherche prévus en 2020 et 2021 : je vais donc rédiger tout en continuant à explorer des collections à l’étranger.

Voilà donc ce qui nous attends dans les prochains épisodes du « Journal de thèse ».

  1. à commencer par les passeports, dont je vous ai parlé dans un précédent billet []
  2. Mon comité de thèse, que je remercie, m’a beaucoup rassuré sur ce point au cours du mois de juin : c’est normal que la problématique s’élabore en cours de route, et commencer la thèse avec une problématique et un plan précis, serait bien présomptueux []
  3. il s’agissait de la bourse de l’Ecole française de Rome, dont le résultat a été positif, puisque je pars en septembre prochain pour mon deuxième séjour à l’EFR (et troisième voyage en Italie depuis le début de la thèse ! []

Johanna Daniel

Doctorante au LARHRA (Lyon 2) et chargée d'études et de recherche à l'Institut national d'Histoire de l'Art (Paris), rattachée au Service numérique de la recherche. Historienne de l'estampe, consacrant sa thèse aux vues d'optique dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search