Numérique et matérialité : l’étude d’un recueil de vues d’optique conservé à la BSB

Vendredi 13 mai, pour le dernier jour de mon séjour de recherche en Bavière, j’ai live tweeté ma séance de travail à la Bayerische Staatsbibliothek (SBS) où je venais examiner un recueil de vue d’optique. Ce fil Twitter ayant rencontré un petit succès, j’ai décidé de le reprendre de façon étoffée et pérenne dans ce billet1.

Un recueil de 175 vues d’optique numérisé

Alors que je préparais mon séjour de recherche à Augsbourg et Munich, une bibliothécaire de la BSB m’avait signalé, par mail, l’existence d’un recueil de vues d’optique dans les collections patrimoniales de l’établissement. Par chance, le volume avait été numérisé et était consultable en ligne2.

Image
Capture d’écran de la bibliothèque numérique

Il s’agit d’un recueil factice, composé de 175 vues d’optique, la plupart de fabrication augsbourgeoise. On désigne sous le terme de recueil factice un assemblage de documents – ici des estampes –  sous une même reliure par leur possesseur (un particulier ou une institution). On sous-entend par-là que les volumes n’ont pas été commercialisés comme tels par un éditeur : aussi, un recueil factice est, par sa nature, unique. Bien souvent ’il mêle des pièces d’origines diverses : c’est le cas ici, puisqu’on trouve à la fois des estampes de fabrication augsbourgeoise et parisienne3.

La bibliothèque numérique de la BSB étant dotée d’une API4 , j’ai pu récupérer l’intégralité des métadonnées de catalogage (titre du recueil, détail des feuilles le composant, y compris la transcription des titres et les noms des éditeurs) ainsi que les numérisations mises à disposition en HD via le protocole IIIF.

Comme je le fais habituellement, j’ai nettoyé ces données pour les aligner avec mes propres référentiels, avant de les importer dans ma base de données. L’identification précise des vues et leur rapprochement avec les vues d’optique déjà classifiées dans la base est désormais semi-automatisé grâce à un outil développé par Pierre-Carl Langlais et fondé sur la reconnaissance visuelle par similarité – j’y reviendrai dans un autre billet.

Peu de surprises dans ce recueil : toutes les vues d’optique m’étaient déjà connues. La plupart figurent en effet des paysages urbains assez répandus dans mon corpus.

Vue de Paris éditée par Probst. BSB, Munich

L’excellente qualité des numérisations fournies ne me poussait pas, a priori, à me déplacer pour consulter l’original, mais étant à Munich pour d’autres collections, j’ai réservé une demi-journée en salle de lecture des collections patrimoniales (cartes, musiques, images) dans le but d’examiner ce recueil. Il faut avouer — même si ce n’est pas très scientifique — que j’avais une intuition.

À la recherche d’une provenance et d’une datation

Si la numérisation donnait à voir une reliure moderne (XXe ?), j’avais le pressentiment5, en feuilletant virtuellement le volume que les estampes qui le composaient pouvaient avoir été liées bien antérieurement, dès le XVIIIe siècle. La grande cohérence des vues et de leur coloriage m’y incitait, tout comme certaines « maladresses » de reliure. Ainsi, certaines vues avaient été rognées de travers : fin XIXe ou au XXe, on aurait certainement préféré un montage sur onglets.

La reliure (moderne) du recueil

La notice descriptive proposée par le catalogue en ligne de la bibliothèque était assez succincte et ne donnait aucune indication quant à la date de constitution du recueil ni sur sa provenance. L’échange avec une des responsables de la collection m’avait confirmé l’absence d’informations sur l’origine de ce document. C’est souvent le cas dans les collections patrimoniales pour ce genre d’estampes, longtemps considérées comme mineures et secondaires, en France comme en Allemagne.

Notice du recueil dans le catalogue en ligne de la BSB

Seul indice tangible, les cachets apposés au dos des estampes6 . Des 175 cachets présents sur chaque feuille du recueil, un seul, différent des autres, s’est véritablement révélé intéressant. De forme rectangulaire, il indique « Bibliotheca Regia Monacensis » soit le nom porté par la bibliothèque jusqu’en 1919, date à laquelle elle devient la Bayerische Staatsbibliothek. Ce cachet est référencé dans le répertoire des marques de collections de Lugt, sous le n° 3248. La notice nous apprend que ce cachet a été employé au cours de la première moitié du XIXe siècle pour marquer les estampes provenant de la bibliothèque et transférées vers le cabinet d’art graphique. Les autres cachets, tous identiques, sont plus récents et ne figurent pas dans le Lugt : ils sont assurément du XXe siècle puisque portant le nom moderne de la bibliothèque.

Cachet au dos de la première estampe du volume
Extrait du répertoire des marques de collections, mis en ligne et maintenu par la Fondation Custodia

La numérisation du recueil étant assez complète (couverture et pages de garde, dos des estampes), l’espoir de trouver d’autres indices de provenance était mince. Et pourtant, je sais de mon expérience passée que des détails matériels révélateurs ne sont parfois perceptibles seulement devant l’original…

Dès le premier regard, au bureau de communication des ouvrages, j’ai su que mon intuition avait été bonne : le dos de la reliure — seul élément ayant échappé à la numérisation — portait un indice de taille : sur le cartonnage moderne, était intégré le fragment, très usé, d’une reliure antérieure.

Reliure moderne, dans laquelle a été insérée un fragment du dos ancien

On devine aisément, même sur les numérisations, les raisons de la disparition de la reliure originale : le volume a subi, à un moment de son existence, les outrages de l’humidité. De l’eau a coulé le long de la couture intérieure et sur la tranche, délavant l’enluminure de la partie droite de nombre d’images et provoquant, dans les cas les plus extrêmes, des auréoles.

Une image contenant texte, enveloppe

Description générée automatiquement
Le recueil a subi les outrages de l’humidité

Ce fragment de reliure, conservé par le soin d’un relieur méticuleux, à défaut de nous indiquer une provenance, délivre un indice assez clair quant à la datation du volume : probablement toute fin XVIIIe, si l’on en croit l’avis de plusieurs spécialistes des bibliothèques et de l’histoire du livre.

N’étant pas moi-même connaisseuse des reliures anciennes, j’ai demandé conseil sur Twitter pour décrire correctement ce que j’observais : mes interlocuteurs7 , que je remercie, ont identifié une reliure en veau clair ou en basane de faible qualité orné de frises dorées qui soulignent les nerfs. Les fissures verticales trahissent un dos collé en plein, plutôt qu’un faux-dos. Ces différents indices les faisaient pencher vers une datation toute fin XVIIIe ou tout début XIXe, au regard de la technique, du décor et de la probable provenance géographique (sud de l’Allemagne)

Image
Dos ancien
Palettes de fers à dorer dans le même esprit que ceux ornant le dos. Partagé par Lucie Moruzzis et Christian Jeanjean (photo d’atelier)

Outre cette fourchette de datation, ce fragment de reliure a levé le voile sur le titre donné au recueil par les bibliothécaires : « Prospectus urbium illustrium » ne provient pas d’une mention ancienne dans un inventaire, mais a été copié à partir de la pièce de titre apposée sur la reliure originelle de ce recueil factice.

Avec tout cela j’avais largement de quoi compléter ma notice descriptive dans ma base de données.

Notice du recueil dans ma base de données, après examen

Entrer dans le détail d’un recueil factice

Si je ne possède ni datation précise ni nom de possesseur, le fait d’avoir établi que le recueil avait probablement été relié au tournant du XVIIIe/XIXe est en soi déjà intéressant. Quelqu’un a acheté ces estampes, les a organisées selon un certain ordre et les a fait relier en volume, pour les intégrer aux rayonnages d’une bibliothèque, parmi d’autres ouvrages ou portefeuilles d’estampes.

Même si cette personne demeure anonyme, je peux essayer de réfléchir à ses choix : qu’a-t-elle acheté ? Auprès de qui ? Des sujets l’ont-elle particulièrement intéressée au regard de ce qui était alors disponible sur le marché ? Comment, ensuite, a-t-elle arrangé les estampes les unes par rapport aux autres ?

Image
Le recueil, ouvert, dans la salle de lecture des cartes, musiques et images de la BSB

Rares sont les recueils comme celui-ci qui ont la particularité d’avoir « figé » une collection de vues d’optique à un instant T. Je peux les étudier comme un tout cohérent, et, supposément, complet, au contraire des collections de feuilles restées volantes, dont je ne suis jamais sûre que certaines n’ont pas été perdues ou détruites.

Des vues d’optique publiées à Augsbourg

Un rapide coup d’œil au catalogage du volume permet de constater une évidence : la majorité des 175 vues qui le composent proviennent de l’éditeur augsbourgeois Probst, pionnier en Allemagne de la production de vue d’optique et l’un des principaux contributeurs au genre éditorial, avec près de 450 sujets différents sortis de ses presses. Il est facile, encore aujourd’hui, de s’orienter dans cette pléthorique production, l’éditeur l’ayant doté d’un double système de référence, composé à la fois d’une numérotation continue (de 1 à 352), indiquée en haut à droite des images, et d’un découpage en sous-séries (numérotées de 1 à 85), apparaissant en bas à gauche des feuilles.

Un simple tri dans mon tableur Excel fait apparaître que le possesseur du recueil a acheté, de façon systématique, toutes les vues d’optique publiées par Probst, du moins jusqu’au numéro 106. Ensuite, des « trous » apparaissent : manquent les numéros 107 à 120, puis les numéros 124, 127 à 132, 137 à 143, etc. Le numéro le plus élevé relevé est le 158.

Image
Numéro présent en haut à droite de chaque estampe éditée par Probst

La consultation du catalogue raisonné des vues d’optique de Probst, publié par Kapff8, permet de donner une explication assez logique à ces manques : certaines vues d’optique concernées ne présentent pas des sujets topographiques, mais bibliques (histoire de l’enfant prodigue) ou thématiques (constructions militaires, chasses), aussi n’avaient-elles pas leur place dans un volume intitulé ”Prospectus urbium illustrium”. Néanmoins, le fait qu’il ait écarté les sous-séries 34 et 37, consacrées à Göttingen et Rome, est surprenant, mais nous y reviendrons.

Un regard attentif sur les tirages me permet de déceler quelques accidents sur les cuivres, des défauts d’impressions, qui révèlent une matrice usée, abîmée.

Systématiquement, grâce à ma base de données, je confronte l’exemplaire que j’ai sous les yeux à ceux que j’ai pu consulter dans d’autres bibliothèques et musées. Certains exemplaires présentent les mêmes défauts, d’autres en sont exempts. Cela permet de dater les tirages les uns par rapport aux autres. Dans l’exemple suivant, une fissure est apparue progressivement sur le cuivre. Cette aspérité, en retenant l’encre au même titre qu’une taille, laisse une tache noire au moment de l’impression. Quasi invisible sur les premiers tirages, comme celui, non colorié, provenant de la collection Prittwitz und Gaffron (Augsbourg), il est manifeste sur l’exemplaire de la BSB (Munich), et s’est encore agrandi dans l’exemplaire de la collection Bertarelli (Milan).

De même, la fissure dans la partie inférieure de la représentation de la ville de Palmyre, très faible sur un tirage non colorié conservé à la Bibliothèque royale de Bruxelles est très nette sur l’exemplaire de Munich. Cela se double d’une autre différence entre les deux cuivres : l’exemplaire de la KBR ne présente pas de numéro en haut à droite : « 28 » a été ajouté dans un second état de la matrice.

J’en déduis donc que lorsque le possesseur du recueil a acheté ces estampes, elles étaient déjà en exploitation depuis quelque temps et avaient été tirées un assez grand nombre de fois pour commencer à présenter des signes manifestes d’usure.

Mes recherches m’ayant amenée à revoir la chronologie de la production augsbourgeoise, en particulier de Probst, je pense pouvoir avancer que ces tirages datent au plus tôt de la toute fin de la décennie 1760 ou du début de la décennie 1770.

Et quelques feuilles de production française

Une fourchette chronologique que viennent confirmer les feuilles de fabrication française : on trouve en effet dans le recueil 22 vues d’optique d’éditeurs parisiens actifs au cours des décennies 1760 et 1770. Certaines de ces vues, assez populaires, sont conservées en grand nombre. En les comparant les unes aux autres, on relève des changements d’adresses (qui correspondent à des changements de main).

L’adresse de Daumont, gravée dans la lettre d’une des vues d’optique. D’autres exemplaires imprimés de la même matrice présentent une autre adresse, trahissant que l’estampe a d’abord été diffusée par un autre éditeur.

Ainsi, parmi les 16 vues éditées par Daumont, 11 ont antérieurement été éditées chez Huquier, qui quitte Paris en abandonnant son activité d’éditeur vers 1768/1770. Nos tirages sont donc probablement postérieurs à cette date.

Cependant, ce n’est pas parce qu’une estampe a été imprimée à une date donnée qu’elle a forcément été achetée immédiatement : elle a pu rester quelque temps dans les stocks de l’éditeur, ou dans les portefeuilles d’un marchand, sans compter en sus, les délais d’approvisionnement…

Le recueil factice conservé à la SBS a probablement été constitué par un bavarois, qui a acheté essentiellement des estampes produites dans la région, mais également quelques feuilles importées de France via des circuits commerciaux que nous connaissons encore mal.

Pourquoi, alors qu’il achetait systématiquement la production de Probst, cet individu a-t-il ressenti le besoin de « compléter » sa collection par des feuilles imprimées à Paris ?

Examinons les thématiques traitées par les estampes parisiennes : l’Espagne (Séville, Madrid), Paris et ses environs (Porte Saint-Antoine, Château de Vincennes), l’Angleterre (Cathédrale de St Paul de Londres, Portsmouth) et quelques destinations plus lointaines (Constantinople, Pékin, Pondichéry, le Cap de Bonne Espérance, Saint Hélène, Mexico et La Havane).

La plupart correspondent à des villes ou des points de vue non traités par Probst dans sa série de vues d’optique (ainsi Madrid, Vincennes, Brest, Naples, Mexico, La Havane…). Aussi, si notre particulier voulait en posséder les représentations, il n’avait d’autres choix que d’acheter des images d’importation. Cependant, une vue figure à la fois au catalogue de Probst et des éditeurs parisiens : il s’agit de celle représentant la bourse de Séville, qui porte chez Probst la référence suivante : Med. Fol. N° 70, n° 283. Ce numéro élevé indique qu’elle a été éditée tardivement, très probablement postérieurement à la constitution du recueil qui nous intéresse.

Que des vues d’optique ?

Je n’ai pas encore évoqué un ensemble de vues qui dénotent et rompent la cohérence du recueil : de petit format, non coloriées, elles ne sont pas des vues d’optique au sens éditorial du terme. Il s’agit de 26 vues topographiques plus anciennes, imprimées principalement par Engelbrecht.… et intégrées au volume, parmi les vues d’optique.

Cela ne me surprend guère : j’ai déjà observé à de multiples reprises cette pratique consistant à mêler des vues topographiques ordinaires aux vues d’optique. Ce sont d’ailleurs souvent les mêmes qui reviennent.

Pour une raison ou une autre, les possesseurs ont considéré qu’elles pouvaient « faire usage de » vue d’optique. L’idée leur était-elle soufflée par les marchands et éditeurs ? Peut-être en partie : à une période tardive, certains éditeurs, comme l’Académie impériale des Arts libéraux, à Augsbourg, recyclent de vieux cuivres topographiques en vue d’optique, simplement en ajoutant un titre à l’envers dans la marge supérieure.

Une image contenant texte, cadre

Description générée automatiquement
Quelques estampes présentes dans le volume ne sont pas des vues d’optique

Ici, il s’agit de vues de Paris et de Rome. Ces dernières, en particulier, suscitent quelques interrogations : le possesseur du recueil les a-t-il intégrées parce qu’il trouvait que sa collection manquait de représentations de la cité éternelle ? Pourquoi alors n’a-t-il pas acheté les 4 vues de Probst de la sous-série Med. Fol. N° 37, numérotée 137 et 138, consacrées à Rome ?

Disons un mot de l’organisation interne du recueil : il ne suit pas la logique des sous-séries de Probst, en les organisant par ordre croissant de numéro. Au contraire, le possesseur a procédé à des regroupements par villes et zones géographiques : de l’Espagne, l’on voyage vers la France (Paris, Versailles, la Bretagne puis Marseille) avant de rejoindre l’Italie (Milan, Venise, Vicence, Rome, Naples). La suite du recueil nous emmène à Londres, Oxford, puis en Suisse. Amsterdam est l’étape suivante, puis Vienne et l’Allemagne : Augsbourg, Berlin, Francfort et Dresde. Le recueil se termine par une sélection de lointaines contrées : Constantinople, Saint-Pétersbourg, Palmyre, Pékin, Pondichéry, le Cap de Bonne-Espérance, Sainte-Hélène, Mexico, La Havane… jusqu’au Groenland.

Vue d’optique figurant les ruines de Palmyre, éditée par Probst. BSB Munich.

Volume original et reproduction numérique : complémentarité des modes de consultation

Par ce fil, puis par ce billet, je voulais « donner à voir » le déroulé d’une séance de travail en bibliothèque, la méthodologie que je mets en œuvre, mais surtout discuter de la complémentarité des modes d’accès (physique et numérique) au document, et comment ils influent sur ma recherche.

Le signalement du volume par le catalogue en ligne de la bibliothèque, sa numérisation en HD et sous licence libre m’ont permis d’intégrer ce recueil à mon corpus de thèse, sans même avoir besoin de faire le déplacement à Munich. Grâce à l’API et aux divers outils offerts par la SBS, j’ai pu acquérir les données et les images avec facilité et efficacité. À distance, j’ai ainsi pu me familiariser avec l’ouvrage, en commencer l’étude, cerner son intérêt, formuler des questions et des hypothèses de travail.

À Munich, la consultation du volume original a permis d’affiner ces hypothèses, parfois de les confirmer, mais également de générer de nouvelles observations. Beaucoup auraient peut-être pu être formulées par un examen attentif des fichiers, néanmoins la manipulation de l’original s’est révélée plus efficace et moins chronophage pour déceler certains détails signifiants, mais discrets. En effet, la numérisation, si elle permet un niveau de zoom bien supérieur à ce que l’on peut voir à l’œil nu, a également tendance à aplatir les images, à gommer la matérialité du support. Le matériel professionnel de prise de vue, parfaitement calibré pour fournir d’excellents fichiers, n’enregistre pas tout, voire « corrige » les défauts. Ainsi, sous l’effet de l’humidité à laquelle le recueil avait été exposé, certaines pages gondolaient légèrement, ce qui n’apparaît pas à l’écran. De même, l’épaisseur variable du papier ne peut être enregistrée par l’appareil photo, et ne se révèle qu’au toucher. Enfin, dans la visionneuse, les images « défilent » sans que l’utilisateur ne saisisse forcément où il se trouve dans l’épaisseur du volume.

Je ne vais donner ici qu’un exemple, mais ô combien parlant, d’un détail matériel qui m’aurait totalement échappé en me contentant de l’exemplaire numérisé. Plus haut dans ce billet, je disais combien les « défauts » — rayures, accidents de morsure — m’aident à situer le tirage dans le cycle de vie d’une matrice. Or, en feuilletant le recueil physique, certains traits, que j’aurais pris sur les numérisations pour des rayures parasites de la matrice, se sont révélés être… des poils de pinceau ! L’enlumineur qui a colorié ces vues de Probst opérait avec un pinceau de mauvaise qualité ou déjà très usé, au vu du grand nombre de poils restés accrochés dans les cieux. Certains vibraient même au léger courant d’air de la salle de lecture !

Détail de la numérisation : des traits suspects semblent trahir une usure de la matrice
Les mêmes “défauts”, observés sur l’original : il s’agit de poils de pinceaux resté figé dans la couche de peinture

J’ai été surprise — et j’ai particulièrement apprécié — que l’on ne me demande pas de me justifier pour consulter l’original alors qu’il existe une reproduction numérique. C’est assez rare dans les collections publiques (en France du moins) : si les enjeux de conservation se comprennent bien pour les pièces rares, et sont légitimes, il faut trop souvent batailler pour obtenir de consulter l’original, y compris lorsque l’on justifie de recherche sur la matérialité. C’est bien dommage.

La numérisation présente de nombreux avantages : c’est un excellent outil de signalement et de diffusion des collections, qui permet d’en assurer une large communication sans faire peser sur les originaux la pression d’une trop fréquente manipulation. Néanmoins, l’existence d’une numérisation ne doit pas entraver l’étude matérielle des originaux, sauf, évidemment, en cas de trop grande fragilité du document. 

L’autre élément que je voulais souligner en conclusion de cet article, c’est que l’absence de provenance, ou même de datation précise n’empêche pas de tirer de nombreux fils sur les pratiques de collections et les usages faits de l’imprimé. Un recueil sans provenance n’en est pas pour autant muet !

La salle de lecture des Cartes, Musiques et Images de la BSB

Ce fil, transformé en billet, » était une première tentative de mise en écriture de ma méthodologie face aux vues d’optique « liées » physiquement (en recueil ou en rouleau). Dans ma thèse, j’exploiterai au moins 5 autres recueils de ce type, ainsi que 5 rouleaux de vues d’optique dont l’examen, individuel et comparatif, a été source de nombreux enseignements.

  1. Je remercie Mecthilde Airiau, Claire Haquet et Mathilde Siméant pour leurs précieux retours et relectures []
  2. Ce volume avait jusqu’alors échappé à mes recherches faute que les collections numériques de la SBS soient moissonnées sur une plateforme de mutualisation (comme Europeana). Le fichier numérique était pourtant repris sur Google Books, mais sans les mots clés qui m’auraient permis de l’y découvrir. []
  3. J’avais écrit en 2018 un billet sur les recueils factices, qui s’appuyait notamment sur le billet rédigé par Astrid Malick. Je renvoie également à la documentation de l’ABES []
  4. Application Programming Interface : il s’agit d’une interface par laquelle il est possible d’interagir avec la base de données, ici pour l’interroger et télécharger les données. []
  5. En écrivant ce billet, j’avais quelques réserves à employer le terme de pressentiment. Je me questionnais notamment sur la valeur et le rôle de l’intuition dans une démarche scientifique. Cela a engendré un échange intéressant avec Mecthilde Airiau, dont je voulais garder trace dans cette note. Mecthilde me rappelait combien les intuitions ont un rôle dans nos recherches : elles nous aident à avancer, et sont souvent fondées sur une connaissance pointue et profonde de notre objet d’étude. Pour passer de l’intuition à l’hypothèse ou à l’établissement d’un fait, il faut déployer une méthodologie rigoureuse, qui confère toute sa scientificité à la démarche. []
  6. Lors de la campagne de numérisation, les dos ont été systématiquement pris en photo, ce qui a longtemps été rare dans les pratiques des bibliothèques, pour des raisons économiques. Les dos des estampes pourtant parfois porteur d’informations précieuses (cachets, anciens numéros d’inventaire, annotations manuscrites). []
  7. En particulier : Nadine Ferey, Sandrine Gangloff, Maxence Hermant, Lucie Moruzzis, Louisa Torres, Paul-Eloi Vial et tous ceux qui ont participé à cette discussion Twitter. Ils ont très rapidement donné de précieuses indications permettant de confirmer et d’affiner mes hypothèses. []
  8. Kapff, Sixt von, Guckkastenbilder aus dem Augsburger Verlag von Georg Balthasar Probst, 1732-1801 : Gesamtkatalog, Weissenhorn, A. H. Konrad, 2010. []

Johanna Daniel

Doctorante au LARHRA (Lyon 2) et chargée d'études et de recherche à l'Institut national d'Histoire de l'Art (Paris), rattachée au Service numérique de la recherche. Historienne de l'estampe, consacrant sa thèse aux vues d'optique dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search