Next station : Chicago. Terminus : Boston

Le 18 avril, je m’envole pour les États-Unis, pour un séjour de recherche de 36 jours, essentiellement sur la côte Est. C’est ma (presque) première fois aux USA : il y a dix ans, profitant d’un long week-end au milieu de mon semestre d’été à l’Université de Montréal, j’avais passé 4 jours à New York.

Retourner en Amérique était l’un des objectifs de mes années de doctorat ; malheureusement le COVID a eu raison de mes projets de co-tutelle universitaire, et j’ai raisonnablement conscrit mon corpus de thèse aux collections européennes.

C’est finalement le programme Chorégraphie de l’INHA qui m’a donné l’opportunité de traverser l’Atlantique, pour poursuivre mes recherches sur les danses gravées publiées à Paris entre 1762 et 1789. Les bibliothèques américaines – notamment la Newberry à Chicago et la Theatre Collection de l’Université d’Harvard – conservent en effet de très beaux fonds en histoire de la danse, parmi lesquels des recueils de contredanses du XVIIIe siècle. Mon séjour est en partie financé par la bourse « Mary Ann O’Brian Malkin Research Award », ce qui va me permettre d’explorer la très riche collection de Mary Ann O’Brian Malkin (1913-2015), conservée à la bibliothèque de Penn State University.

Feuilles de contredanses conservées à la Bibliothèque Musée de l’Opéra (BnF)

À la chasse aux contredanses rares dans les bibliothèques, j’ai greffé d’autres objectifs pour ce séjour : celui de découvrir les cabinets d’estampes des grands musées américains, leurs trésors et leur fonctionnement, moi qui ne connais que les cabinets européens. Je ne cherche pas tant à consulter des vues d’optique (je me suis promis de ne pas augmenter mon corpus, désormais clos !), mais plutôt à explorer le potentiel des collections états-uniennes pour explorer la culture visuelle du XVIIIe siècle. J’ai une grande curiosité, notamment, pour les premières estampes gravées et imprimées en Amérique… Qui sait, j’y trouverai peut-être une idée pour un postdoc ! Ou, plus surement, de quoi nourrir ma réflexion et prendre du recul avant de me jeter définitivement dans le grand bain de la rédaction.

Vue (fantasmée) de Philadelphie par un graveur allemand, vers 1780. Musée de Lakenhal

Un grand bol d’air avant de courir le dernier marathon de la thèse, celui de l’écriture du manuscrit, c’est bien cela que j’attends de ce séjour. Un moment pour se nourrir l’esprit, de rencontres, de lectures, de visites…

Des visites, justement, j’en ai prévu à chaque étape de mon séjour. Si je ne boude pas les incontournables des circuits touristiques, tels que le MOMA, le Field Museum ou la Fondation Barnes, j’ai décidé de prioriser les visites liées à l’histoire américaine des XVIIIe et XIXe siècles, que je connais si peu. Les départements d’Art américain de l’Art Institut of Chicago ou du Philadelphia Museum of Art, le Museum of the American Revolution, le Benjamin Franklin Museum et le Boston Tea Party Ships combleront certainement mes lacunes !

Mais sans plus attendre, voici le programme prévisionnel de ces 5 semaines : Chicago (Newberry Library, Art Institut of Chicago) ; State Collège ; Philadelphie (Library Compagny, Winterthur Museum, Philadelphia Museum of Art) ; Washington (Library of Congress, National Gallery of Art, Smithsonian)  ; New York (MET, Morgan Library, Copper Hewitt) ; Boston (Museum of Fine Art, Harvard Museum & Libraries) et Salem (Peabody Essex Museum).

Si vous êtes récemment passé par ces villes, n’hésitez pas à partager en commentaire vos meilleures adresses (pour manger pas cher !) et vos coups de cœur patrimonial hors des classiques touristiques. Historiens et historiennes (de l’art ou non), je prends évidemment vos conseils des salles de lectures et de cabinets d’estampes à fréquenter !

J’ai bien envie – si les grandes villes américaines me laissent un peu d’énergie en fin de journée – de renouer avec le blogging au cours de ce séjour. J’essayerai au moins de partager quotidiennement mes découvertes sur Twitter et Instagram !



Citer ce billet
Johanna Daniel (2023, 16 avril). Next station : Chicago. Terminus : Boston. Isidore & Ganesh. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pw5w

Johanna Daniel

Doctorante au LARHRA (Lyon 2) et chargée d'études et de recherche à l'Institut national d'Histoire de l'Art (Paris), rattachée au Service numérique de la recherche. Historienne de l'estampe, consacrant sa thèse aux vues d'optique dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search