[Parution] « Numériser les œuvres, renouveler les approches ? L’histoire de l’estampe à l’ère numérique » dans les Cahiers de Framespa

Dans le courant de l’été, est paru le numéro 42 de e-STORIA, les cahiers de Framespa, coordonné par Sébastien Poublanc et Nicolas Marqué, qui avaient choisi comme thématique « Historien.nes et numérique : pratiques et expériences vécues », dans la suite du séminaire Histoire & humanités numériques qu’ils animent depuis 2017 au sein du Laboratoire FRAMESPA (Toulouse).

L’objectif de ce numéro est d’apporter une série d’éclairages sur les « transformations induites par le numérique dans les différents aspects du métier d’historien, de la production du savoir historique à sa diffusion et à son enseignement ». Vous pourrez notamment y lire une contribution de Valérie Schafer sur les archives du Web, une réflexion sur la façon de faire mieux apparaître les sources documentaires dans l’écriture de l’histoire, par Remy Besson. À travers l‘exemple du projet PhotosNormandie et de la redocumentatrisation collaborative d’un corpus de médias, Patrick Peccatte explore les enjeux de l’histoire publique sur internet. Deux articles exposent les étapes de développement et orientations – tant scientifiques que techniques – de projets collectifs, à savoir Digital Viau (Léa Saint-Raymond) et UrbanHist (Nicolas Marqué et Thomas Gautier). Dans un article collectif, Cédric du Mouza, Stéphane Lamassé et Philippe Rygiel interrogent les pratiques d’analyse des données historiques, en plaidant pour une meilleure formalisation de ces dernières. Le numéro se clôt sur deux entretiens, le premier portant sur les « Pratiques informatiques historiennes pionnières » avec Jean-Philippe Genet, Jean-Luc Pinol, Philippe Rygiel et Edgar Lejeune, et le second – sous forme de podcast produit en partenariat avec Paroles d’Histoire (André Loez) – fait dialoguer Emilien Ruiz, Caroline Muller, Elodie Guillon autour de l’enseignement, du numérique et de l’Histoire.

Couverture du numéro

Quant à moi, j’y signe un article intitulé « Numériser les œuvres, renouveler les approches ? L’histoire de l’estampe à l’ère numérique » dont voici le résumé :

Cet article se propose de réfléchir, à travers le cas spécifique de l’estampe, en quelle mesure la numérisation du patrimoine transforme les pratiques de recherche en histoire de l’art. L’augmentation des reproductions disponibles, de plus en plus souvent en haute définition, ne doit pas faire oublier qu’une petite partie seulement des collections est aujourd’hui numérisée. En exposant les pratiques et politiques de numérisation mises en œuvre par les institutions, il s’agira de fournir des clés pour mieux comprendre et exploiter les corpus mis à disposition sur le web.
Interrogeant les modifications du rapport à l’œuvre qu’implique sa reproduction, on démontrera la complémentarité des accès physique et numérique aux artéfacts. En effet, les numérisations ne constituent pas un double « neutre » de l’original mais tendent à privilégier la lisibilité du contenu visuel au détriment des indices de matérialité.
Enfin, l’on s’interrogera sur les gestes de l’historien et de l’historienne de l’art lorsqu’ils manipulent ces fichiers numériques : les possibilités nouvelles offertes par l’interface de l’écran ont-elles un impact sur les modalités d’écriture ?

L’une des illustrations de l’article, montrant ma table de travail au département des estampes de la Bibliothèque royale de Belgique. J’y compare une vue d’optique à un autre exemplaire conservé dans une autre institution et numérisée. CC BY Johanna Daniel

L’article, comme l’ensemble du numéro, est en libre accès sur la plateforme OpenEdition Journals.

Je profite de ce court billet d’annonce pour remercier une nouvelle fois les (nombreuses) personnes qui ont contribué à la publication de cet article en se prêtant au jeu des entretiens informels et en se livrant à de patientes relectures.



Citer ce billet
Johanna Daniel (2023, 1 octobre). [Parution] « Numériser les œuvres, renouveler les approches ? L’histoire de l’estampe à l’ère numérique » dans les Cahiers de Framespa. Isidore & Ganesh. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pw5x

Johanna Daniel

Doctorante au LARHRA (Lyon 2) et chargée d'études et de recherche à l'Institut national d'Histoire de l'Art (Paris), rattachée au Service numérique de la recherche. Historienne de l'estampe, consacrant sa thèse aux vues d'optique dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search