Présentation du stage

Au début de mon stage, j’avais, comme les autres étudiants de ma promotion, présenté succinctement au groupe mon stage, son cadre et ses objectifs. 

[Article publié en avril sur le blog de classe]

Éditer les guides de Paris

De la Renaissance à la Révolution a fleuri un genre littéraire particulier, celui des guides de Paris. Bavards ouvrages destinés à guider l’amateur ou le voyageur de passage dans les méandres de la capitale, ils sont à la fois répertoire topographique, comprenant la nomenclature des rues, un descriptif historique des monuments et une critique artistique des œuvres que la ville recèle. Ils forment de ce fait une source incomparable pour qui veut enquêter sur le Paris des XVIIe et XVIIIe siècles.

Bien que souvent cité, ce corpus demeure mal connu des chercheurs, car trop vaste et peu accessible. Ainsi, si le spécialiste des guides de Paris a établi une liste de 30 titres majeurs, ceux-ci ont donné lieu à quelques 300 éditions! Un même texte peut donc exister sous de multiples versions, enrichies, remaniées, corrigées par leur auteur ou par d’autres mains, parfois sur plusieurs décennies! De plus, ces ouvrages sont souvent découpés en plusieurs volumes de format modeste, ce qui en complexifie la consultation.

Deux pages de titre de Guides de Paris

Deux pages de titre de Guides de Paris

Face à une généalogie textuelle complexe et à des objets matériels peu maniables, les chercheurs se contentent souvent de ne consulter que les éditions les plus facilement accessibles (éditions numérisées, réimpressions modernes)…

En proposant une édition numérique de ces textes, le laboratoire souhaite donc les rendre plus accessibles et à renouveler l’approche qui en est faite.

Pistes de travail:

  • Les guides de Paris, quelle source pour les historiens? Comment une édition numérique pourrait-elle renouveler les approches? 
  • Les guides de Paris, un corpus complexe

Le Labex « Les passés dans le présent »

Le projet « Guides de Paris (les historiens des arts et les corpus numériques) » s’inscrit dans le LABEX « Les passés dans le présent«  de l’Université Paris X . Ce labex, qui s’attache « à comprendre les médiations de l’histoire à l’ère du numérique, les politiques de la mémoire, les appropriations sociales du passé en amont et en aval des politiques patrimoniales » porte une trentaine de projets, que vous pouvez découvrir en suivant ce lien.
Notre projet rassemble plusieurs partenaires.

  • La BnF, qui mène un programme de numérisation du fonds Z. Le Senne, consacré à l’histoire de Paris. C’est à partir de ces numérisations que les transcriptions et les encodages seront réalisés
  • Le laboratoire de linguistique MoDyCo, spécialisé dans le traitement automatique de la langue. Ce laboratoire va notamment apporter son expertise sur la reconnaissance des entités nommées, mais aussi sur les nouvelles formes d’éditorialisation.
  • Le projet MoDref également porté par le LABEX va collaborer à l’édition des guides: ce projet porte sur la modélisation et les référentiels, autant d’aspects auxquels nous serons confrontés.
  • Enfin, le laboratoire HAR (Histoire de l’art et des représentations), pilote le projet.

Des objectifs diversifiés

Le projet des « Guides de Paris » n’est pas seulement d’offrir une nouvelle édition de ces textes. Il s’agit aussi d’inventer une plateforme et des instruments numériques utiles et performants pour les chercheurs et de réfléchir plus largement aux apports du numérique à la discipline et à ses méthodes. En d’autres termes, comment le numérique fait évoluer le regard sur les textes, la manière de travailler des chercheurs.

Et ma mission dans tout cela ?

La mission qui m’a été confiée est double: d’une part, écrire un état de l’art des outils d’annotation et d’autre part proposer des scénarios d’usage de ces outils dans le cadre du projet d’édition des guides de Paris. Si le temps le permet, je devrais même développer un prototype!


Johanna Daniel

Doctorante au LARHRA (Lyon 2) et chargée d'études et de recherche à l'Institut national d'Histoire de l'Art (Paris), rattachée au Service numérique de la recherche. Historienne de l'estampe, consacrant sa thèse aux vues d'optique dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.