Contexte du mémoire – stage de fin d’études

Avant de commencer à publier ici les morceaux de mon mémoire « en construction », il est nécessaire de revenir sur le contexte dans lequel il s’inscrit. Ces notes serviront probablement à l’élaboration de l’avant-propos et de l’introduction. 

Master 2 « Technologies numériques appliquées à l’Histoire »

Cette année, j’étais étudiante du master 2 « Technologies numériques appliquées à l’Histoire » proposé par l’École des Chartes. Pour résumer un peu rapidement, ce master forme des étudiants issus de parcours en sciences humaines (histoire, littérature, histoire de l’art) ou d’archivistique aux outils de traitement numérique des sources (techniques de numérisation, description des collections, publication électronique, pérennisation de l’information…). Les débouchés sont assez variés : bibliothèques, archives, musées, milieu universitaire (ingénieur d’études ou de recherche).

Ayant déjà une licence d’histoire de l’art, une licence d’histoire et un master de recherche en muséologie, j’ai directement intégré la seconde année du master, entièrement consacrée au numérique (alors que le M1 présente un parcours plus classique « bibliothèque », « archives » ou « histoire de l’art »).

Stage de fin d’études et mémoire de stage

La majorité des étudiants du master optent en master 2 pour le parcours « professionnalisant », qui comprend, au second semestre, un stage de trois à six mois, qui débouche sur la rédaction d’un mémoire de stage.

Ce travail est entre le rapport de stage et le mémoire de recherche. Il doit dépasser la simple narration du déroulé du stage pour en faire une synthèse problématisée, articulant clairement enjeux scientifiques et solutions méthodologiques et informatiques.

Début 2014, une quarantaine d’offres de stage ont été proposées aux étudiants du master. Les missions retenues illustrent la diversité et la richesse des profils des étudiants : encodage en EAD d’inventaires d’archives, réalisations d’expositions numériques, édition numérique de manuscrits médiévaux, archivage électronique dans des entreprises privées, mise en place ou refonte de sites internet (pour des institutions publiques ou des médias journalistiques)…

Pour ma part, après bien des hésitations (plusieurs stages m’intéressaient), j’ai opté pour celui proposé par le Labex les passés dans le présent, portant sur un projet d’édition des Guides de Paris des XVIIe et XVIIIe siècles.

Projet d’édition des guides de Paris des XVIIe et XVIIIe siècles

Lancé en 2013, le projet Guides de Paris (les historiens des arts et les corpus numériques) vise à produire une édition critique électronique d’un ensemble de guides de Paris publiés à l’époque moderne et à faciliter l’accès à ces sources précieuses pour les historiens. Cette édition numérique, accompagnée d’outils puissants d’exploitation des textes, doit offrir de nouvelles perspectives d’études sur ces ouvrages et leur contenu.

Le projet est porté par le labex (Laboratoire d’excellence) les passés dans le présent de l’université Paris X-Nanterre. Il s’attache « à comprendre les médiations de l’histoire à l’ère du numérique, les politiques de la mémoire, les appropriations sociales du passé en amont et en aval des politiques patrimoniales« . Une trentaine de projets lui sont rattachés.

Mission du stage

L’édition du corpus des guides de Paris ne constitue pas une simple mise en ligne d’un texte encodé en XML/TEI. Les porteurs du projet souhaitent l’équiper d’un ensemble d’outils facilitant l’exploitation des textes par les chercheurs. Il s’agit notamment d’implémenter un outil d’annotation, qui permette l’indexation des contenus et le rapprochement des textes avec des ressources externes (photographies d’œuvres, cartes, archives).

Le stage proposé portait donc sur l’élaboration d’un état de l’art des outils d’annotation disponibles, le test de certains d’eux, et l’élaboration de scénarios d’exploitation dans le cadre du projet. Il doit déboucher sur un mémoire (l’objet de cette série de billets donc).



Johanna Daniel

Doctorante au LARHRA (Lyon 2) et chargée d'études et de recherche à l'Institut national d'Histoire de l'Art (Paris), rattachée au Service numérique de la recherche. Historienne de l'estampe, consacrant sa thèse aux vues d'optique dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.