Élaborer un plan de mémoire : notes de méthodologie

Suite à plusieurs discussions avec des amis ou camarades d’étude, je liste là quelques conseils/pistes pour élaborer un plan de mémoire. Il s’agit d’une note temporaire, faute de temps pour rédiger quelque chose de plus élaboré. 

Comprendre l’exercice

  • S’assurer qu’on a bien compris en quoi consistait l’exercice (mémoire, rapport, dossier, exposé) et être capable de l’expliquer
    • quels sont les critères d’évaluation ? 
    • à quoi cela sert-il ? 
  • Lire/consulter d’autres travaux
    • d’étudiants de la même formation/avec le même directeur
    • sur le même sujet

Rassembler les idées

  • lister toutes les idées : question, problématiques, arguments, exemples
  • utiliser des codes couleurs pour distinguer les idées (question, problématique, argument, exemple)
  • utiliser des flèches pour souligner les liens entre les idées

Organiser les idées

  • ne pas faire des plans linéaires tout de suite!
  • préférer les mind-mapping : rassembler les idées, les organiser logiquement par mise en relation. A faire au brouillon, avec des post-it ou grâce à un logiciel adapté
  • -> De là devrait commencer à se dessiner un plan

Affiner le plan / identifier les difficultés

  • continuer à travailler au brouillon avec des éléments mobiles (les post-it sont adaptés)
  • pour chaque partie/sous-partie/sous-sous-partie, se demander :
    • quel est l’objectif de ce morceau? quelle est sa problématique principale? que voulez-vous y montrer?
    • à quoi sert ce morceau dans la logique du mémoire ? S’intègre-t-il logiquement dans le déroulé du mémoire ? Quel lien entretient-il avec les autres parties ?
    • quelles idées principales sont à exposer ? quels exemples/contre-exemples peuvent les appuyer ?
    • Discutez-vous suffisamment ces idées ?
    • Y’a-t-il des termes complexes ou pivots à expliciter ?
    • Quelles sont les principales sources ? Avez vous fait le tour de la bibliographie sur chaque point?
    • Quels sont les risques identifiés dans la démonstration (ambiguïtés sur les termes, idée controversée, partie-pris, point de vue personnel) ?
  • penser à TOUT noter au brouillon. Utiliser des couleurs pour s’y retrouver.

Avant de rédiger une partie/sous partie

  • S’assurer qu’on sait où l’on va, c’est-à-dire, avoir un plan précis de l’enchaînement de chaque paragraphe
  • Vérifier que chaque partie a sa raison d’être (une problématique / expose des idées / est illustrée par des exemples)
  • Vérifier qu’on dispose bien de sources pour étayer le discours (référence bibliographique, source archivistique, observation de terrain).

Johanna Daniel

Doctorante au LARHRA (Lyon 2) et chargée d'études et de recherche à l'Institut national d'Histoire de l'Art (Paris), rattachée au Service numérique de la recherche. Historienne de l'estampe, consacrant sa thèse aux vues d'optique dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.